Quels bienfaits depuis l'interdiction du tabac dans les lieux publics ?

Article mis à jour le 

Depuis l'interdiction du tabac dans les lieux publics, les hospitalisations d'enfants pour asthme et les naissances prématurées auraient reculées de 10 %.

D'après une étude révélée ce vendredi par la revue The Lancet ce vendredi, l'interdiction du tabac dans les lieux publics et professionnels aurait débouché sur une réduction sensible des naissances prématurées et des hospitalisations d'enfants pour asthme. Les chercheurs à l'origine de celle-ci ont analysé les résultats de 11 études menées en Amérique du nord et en Europe. Et le bilan est sans appel : hospitalisations d'enfants et asthme ont baissé de 10 % l'année qui a suivi la mise en place des législations encadrant l'interdiction.

En outre, pas moins de 2,5 millions de naissances et 250 000 hospitalisations d'enfants ayant eu lieu entre 2008 et 2013 ont été passées au crible par des scientifiques de l'Université de Maastricht (Pays-Bas). L'occasion de démontrer que les interdictions de fumer ont eu des bienfaits importants en matière de santé prénatale et sur la santé générale de l'enfant.

Seulement 16 % de la population mondiale vit dans des pays ayant légiféré en ce sens

D'après l'OMS, 16 % de la population mondiale vite à l'heure actuelle dans des pays ayant adopté des restrictions concernant l'usage du tabac. Et à noter qu'une étude datant de 2012 avait précédemment mis en évidence un rapport entre la mise en place des législations, la baisse de 15 % des problèmes cardiovasculaires et de 24 % des hospitalisations pour évènements respiratoires.

Toutefois, peu d'enquêtes ont à l'inverse été menées sur les conséquences sur les enfants, qui représentent plus de 25 % des 600 000 décès liés au tabagisme passif chaque année, selon une précédente étude publiée par The Lancet. Or, d'après les chercheurs Sara Kalkhoran et Stanton Glantz, de l'Université de Californie, une économie de 7 milliards d'euros pourrait être réalisée tous les ans en réduisant de 10 % les hospitalisations pour problèmes respiratoires relatifs au tabagisme en Europe et aux États-Unis. Une prise de décision simple mais particulièrement efficace pour améliorer la santé et limiter les coûts médicaux.

Sources : timesofindia, theguardian, thelancet