Santé : la pollution industrielle tue plus dans le monde que le paludisme et presque autant que le sida

Article mis à jour le 

Selon un rapport de l’ONG Blacksmith Institute publié le 24 octobre, 125 millions de personnes souffrent de leur exposition à la pollution industrielle dans les pays en développement.

Cette enquête de quatre ans, effectuée en partenariat avec la Croix verte internationale, a mis en évidence la toxicité du plomb, du chrome, de l’amiante et du mercure sur l’organisme humain.

Quels effets négatifs de ces produits ?

Selon les estimations de l’OMS, la pollution industrielle ferait en moyenne 1,3 million de victimes par an. Elle serait la cause de 19 % des cancers à l’échelle mondiale.

Alors que les conséquences de ce type de pollution sur la santé sont mal connues, le constat de l’enquête World’s worst pollution problems est accablant :

- le plomb favorise les maladies cardio-vasculaires chez l’adulte et influe sur le développement neurologique de l’enfant ;

- le chrome est classé cancérigène. Son inhalation sur le long terme peut causer le cancer du poumon ;

- l’amiante favorise également le développement du cancer du poumon et d’autres problèmes pulmonaires.

Un secteur en pleine croissance

La production mondiale de plomb, en constante augmentation, a été de 4,5 millions de tonnes en 2011. L’extraction de minerais est essentiellement réalisée dans les pays en voie de développement, où les moyens de protection contre la pollution industrielle ne sont pas utilisés à cause de leur prix.

La protection de la santé des travailleurs reste un vaste chantier à mettre en œuvre dans des pays où la santé est secondaire. Selon l’OMC, la pollution industrielle tuerait plus que le paludisme, et presque autant que la tuberculose et le sida.