Clôturer son jardin

Article mis à jour le

Cloture © Cerland
Cloture © Cerland

Clôturer son jardin est indispensable pour délimiter la propriété, s'assurer un minimum de sécurité et se protéger des regards. Les solutions sont nombreuses, des barrières en bois au mur en passant par les grillages et les haies taillées.



À ne pas oublier avant de clôturer

Tout d’abord la loi vous interdit d'empiéter sur les terres de votre voisin. Votre clôture ou votre haie doit donc être posée en totalité à l'intérieur de votre propriété, sans dépasser les "bornes de voisinage".

Avant de construire un mur en bordure de voirie publique, une déclaration en mairie est obligatoire. En sont donc dispensées les haies vives et clôtures situées à l'intérieur de votre propriété.

Les haies ne dépassant pas 2 m de hauteur doivent être plantées à une distance de 50 cm minimum (à partir du milieu du tronc) de la limite de propriété. Au-delà de 2 m de hauteur, elles doivent être plantées à 2 m de distance.

Pour les propriétés situées dans un périmètre protégé (monuments historiques en particulier), le choix de la clôture et des matériaux est restreint. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

Dans les lotissements, le règlement de copropriété précise les conditions d'occupation du sol, considéré comme une partie commune, et peut interdire toute clôture sur ce jardin.

Clôtures en bois

Clotûre Toccata © Cerland
Clotûre Toccata © Cerland

Peu dissuasives, les clôtures en piquets ou en lattes de bois sont souvent suffisantes pour séparer un champ, le potager ou le verger de la propriété voisine ou d’un chemin campagnard.

Elles sont aussi utiles pour que les animaux nocturnes qui se promènent ne puissent endommager vos plantes.

Constituées d’éléments à assembler ou reliés par des fils de fer, elles sont faciles à poser et bon marché. Lors de l’achat, veillez à choisir un bois traité ou imputrescible (châtaignier par exemple).

Clôture métallique

Ce type de clôture, le plus simple, jouit d'une grande popularité : il prend peu de place, laisse passer l'air et la lumière et vous pouvez l'installer vous-même sans trop de difficultés. Il ne protège bien sûr pas des regards, mais constitue une certaine défense contre les intrus.

Lors de votre choix, tenez compte avant tout du but recherché au niveau de la sécurité, de la solidité et du design. Il existe plusieurs types de treillage (rouleau ou panneau) en différentes épaisseurs et dimensions, formes des mailles, couleurs (le vert est le plus courant, mais le noir et le gris existent aussi).

Murs et murets

Solides et durables, murs et murets délimitent la propriété de façon nette.

Les murs constituent une barrière physique plus dissuasive que les murets mais pour obtenir le même effet, ceux-ci peuvent être complétés par une grille.

Pour cacher la vue, ils peuvent être aussi doublés côté intérieur par une haie d'arbres ou d'arbustes.

Ecrans brise-vue

Brise-vue © Intermas
Brise-vue © Intermas

Pour se protéger des regards, la piscine ou la terrasse peuvent être isolées derrière un écran composé de roseaux ou de branchages de bruyères, ou plus simplement un panneau souple en matériau synthétique.

Ces solutions ont l'avantage d'être peu coûteuses, légères et provisoires, en attendant de planter une haie plus attractive.

Panneaux de bois

Clôture © Hillhout
Clôture © Hillhout

Les panneaux en bois constituent une alternative au treillage. Ils coûtent généralement plus cher, mais ce matériau possède le charme et la chaleur de tout produit naturel.

En outre, ils peuvent être joliment intégrés avec la végétation.

Ajourés ou opaques, ils peuvent servir des supports à des plantes grimpantes (lierre, rosier…).

  Pratique ou pas ?

mon mémo personnel