Se débarrasser d'une chanson qui vous reste dans la tête, c'est possible

Article mis à jour le 
Il suffit parfois d'un simple refrain entendu à la volée, dont vous n'avez d'ailleurs sans doute pas même eu conscience, pour qu'une mélodie sans fin vous trotte inlassablement dans la tête. Problème : passé quelques heures en compagnie de cet air insoutenable qui vous poursuit dans vos moindres faits et gestes et dont vous ne connaissez même pas l'interprète peut rapidement devenir un calvaire.


Un casse-tête pour se débarrasser d'une chanson trop présente ?

Pendant que vous flânez tel un zombie dans les allées labyrinthiques d'un supermarché à la recherche d'un produit introuvable, la radio diffuse dans un vacarme assourdissant son lot habituel de chansons insignifiantes. Parmi elles, pourtant, une mélodie à laquelle vous ne prêtez pas attention, de préférence répétitive et intolérable – disons Lady Gaga –, va s'imprimer en catimini dans votre mémoire. De sorte que c'est bien plus tard, alors que vous vous escrimerez par exemple à terminer une mission de la plus haute importance au travail ou tenterez de vous endormir, qu'elle ressurgira – en boucle –, mettant ainsi vos nerfs et votre patience au supplice.

Bien conscient de ce phénomène particulièrement irritant expérimenté par tout un chacun, des chercheurs américains ont tenté de découvrir une solution pour nous en débarrasser. Cette dernière, exposée dans une étude rapportée par le journaliste scientifique Richard Gray pour le Telegraph britannique serait la meilleure manière pour résoudre ce problème de musique répétitive. Elle consisterait simplement – chose étonnante – à décrypter des anagrammes complexes. Une condition sine qua non ayant le mérite de dépoussiérer un peu nos méninges qui ne devrait néanmoins pas faire l'unanimité.

Les anagrammes, l'arme ultime contre les chansons insoutenables ?

Mais au fait, comment une anagramme pourrait-elle faire disparaitre la mélodie la plus intrusive de l'histoire de la musique de notre mémoire ? En la remplaçant par d'autres pensées un peu plus intelligentes. Méfiance toutefois, les chercheurs recommandent de ne pas s'attaquer à quelque chose de trop difficile au risque de préférer retourner à la mélodie accablante dont on se plaignait quelques minutes plus tôt. Et pour ceux qui n'étant pas très attirés par les anagrammes, le journaliste explique qu'un bon roman peut tout aussi bien faire l'affaire. Une autre technique consiste également à remplacer la chanson par une autre, mais cela ne fonctionne pas à tous les coups…

Sudoku, puzzles, anagrammes à cinq lettres...

Pour le Docteur Hira Hyman, psychologue musical ayant dirigé les recherches de la Western Washington University, l'essentiel est d'identifier le bon niveau de défi, autrement dit un casse tête étant à même de mobiliser le siège de nos fonctions cognitives. Pour parvenir à un tel résultat, Hyman et son équipe ont réalisé une série d'expériences sur des volontaires en jouant des classiques des Beatles, de Lady Gaga ou de Beyoncé. Après avoir été exposés aux titres en question, les cobayes ont ensuite été amenés à résoudre des Sudoku, des puzzles ou encore des anagrammes. Les conclusions ont permis de démontrer que ces exercices mentaux, et ce particulièrement les anagrammes, étaient à même de chasser les airs les plus lancinants de l'esprit. À noter que la combinaison ayant donné les meilleurs résultats a été l'anagramme de mots de cinq lettres, à l'instar du mot "rater", dont les lettres peuvent entre autres former le mot "arrêt".

En outre, comme le souligne le Docteur Williamson, un autre spécialiste ayant étudié le sujet, la seule lecture d'une ligne dans un article de journal ou un livre peut parfois déclencher la répétition d'une chanson en boucle. C'est précisément ce que de nombreux lecteurs du Telegraph ont rapporté au moment du procès du médecin de Michael Jackson, où la seule lecture du nom du chanteur pouvait entrainer une boucle intempestive de l'une de ses nombreuses chansons.

 

Sources : Telegraph, Huffington Post