Le grand requin blanc

Le grand requin blanc
Le grand requin blanc
La nature a oeuvré pendant des millions d'années pour un résultat parfait : silhouette aérodynamique et puissance inégalée. L'admirable conclusion d'une très lente évolution.


Reconnaître le grand requin blanc

Le requin blanc n'est pas blanc. Sa robe, en partant du ventre pour aller vers le dos, va du gris clair presque jusqu'au noir.
Il est reconnaissable par sa grande taille, son long museau conique et sa nageoire caudale dont le lobe inférieur est aussi grand que le supérieur. Sa mâchoire énorme est également caractéristique.

La famille des Lamnidés

Lamnidé vient du grec lamna qui veut dire requin.

Le requin blanc est l'espèce la plus impressionnante de sa famille, mais tous les Lamnidés sont des requins à part, en particulier le mako (Isurus oxyrinchus) qui est le plus rapide.

D'un point de vue anatomique, ce sont les seuls requins à montrer une nageoire parfaitement homocerque (les deux lobes sont égaux) alors que les autres requins montrent une anatomie primitive, une nageoire hétérocerque avec un lobe supérieur bien plus long.

Il y a plus de 400 millions d'années, les premiers requins avaient une nageoire hétérocerque, la nageoire symétrique des Lamnidés est donc une nouveauté évolutive qui caractérise le groupe. On dit d'un tel trait anatomique, issu d'un ancêtre commun, qu'il s'agit d'une synapomorphie. La nageoire homocerque est donc une synapomorphie des Lamnidés.

Mais la nature est malicieuse : c'est également un cas d'évolution convergente avec les thons, qui ont développé une nageoire similaire, sans avoir aucun lien de parenté avec les requins. Le résultat est que les thons partagent avec le requin mako l'exceptionnelle vitesse de nage maximale de 90 km/h.

Tous les Lamnidés peuvent réguler leur température interne (encore un phénomène d'évolution convergente avec les thons) le record étant de 26 degrés chez le requin-saumon (Lamna ditropis), augmentant encore ainsi leurs performances. Pour le pêcheur français, rappelons que le requin-taupe (Lamna nasus) est un habitué de nos côtes, même s'il ne s'approche pas très près du bord. Beaucoup de Lamnidés atteignent de grande taille : 3,50 mètres pour le requin-taupe, 4 mètres pour le mako, et près de 8 mètres pour le grand requin blanc. Il est possible que le requin fossile Megalodon (également un Lamnidé) dépassât les 20 mètres.

Ne pas confondre

Requin tigre
Requin tigre

Il ne faut pas le confondre avec le requin-tigre. Ce dernier a une nageoire caudale avec un lobe inférieur bien plus petit que le lobe supérieur ainsi que des rayures verticales sur l'ensemble du corps. C'est de ces rayures qu'il tient son nom de requin-tigre.

Et bien sûr en France il ne faut pas le confondre avec tous les squales qui fréquentent nos côtes tels que les roussettes, les hâs, les émissoles, les peaux bleues, les maraches, les requins-taupes, etc.

Éthologie

Hormis l'orque qui peut parfois l'attaquer, il n'a pas de concurrents à sa hauteur.

Le comportement du grand requin blanc est très variable selon l'âge, la taille et le poids des individus.

S'il arrive d'observer un même spécimen au même endroit, sa territorialité n'a jamais pu être prouvée.

Il peut réguler la température de son corps jusqu'à 20°C au-dessus de la température ambiante, ce qui explique sa présence dans des eaux parfois relativement froide.

Certaines expériences ont démontré que le grand blanc était plus doué d'intelligence que les autres membres de sa famille. Par exemple, il est le seul squale à sortir la tête hors de l'eau pour se repérer.

Le requin possède des yeux d'une efficacité étonnante. Il peut ainsi voir parfaitement, même dans la quasi-obscurité.

Description

Un requin blanc de belle taille
Un requin blanc de belle taille

Ce poisson est une élite de la sélection naturelle. C'est pourquoi il possède de nombreux atouts puissants et perfectionnés qui lui permettent de repérer ses proies et de chasser.

Son museau est conique et assez long.

Ses dents, tranchantes comme des lames de rasoir, sont plates, triangulaires, dentelées et peuvent mesurer 75 mm de long. Si l'une des dents tombe, une autre de la rangée arrière s'avance vers l'avant pour prendre immédiatement sa place.

Le grand requin blanc a une ouïe et un odorat très sensibles. Il est capable de sentir une goutte de sang dans plus de 4,6 millions de litres d'eau et il peut entendre une proie à plus d'1 km. Les ampoules de Lorenzini qu'il a sous le museau agissent comme des récepteurs sensibles aux champs magnétiques. Elles lui permettent de détecter les vibrations de basses fréquences à des centaines de mètres.

Déplacements

Il se déplace le plus souvent seul ou en couple, mais jamais en colonie. Il a un corps très musclé qu'il déplace aisément grâce à des nageoires puissantes. Chez le grand requin blanc, la température interne est plus élevée que celle de l'eau, si bien que les muscles sont plus vite échauffés.

Reproduction

Il est ovovivipare (les oeufs se développent et éclosent dans l'utérus de la femelle).

On connaît peu de chose sur sa reproduction. On sait cependant que les mâles atteignent leur maturité sexuelle vers 10 ans. Aux vues des nombreuses cicatrices laissées par les prétendants sur les corps des femelles, les observateurs pensent que les moeurs sexuelles du grand blanc sont violentes. Juste avant la période de reproduction, les femelles se nourrissent de deux ou trois grosses proies sans doute afin d'accumuler de la graisse en prévision de la période de gestation.

Les portées ne dépassent pas dix petits.

Les jeunes mesurent à la naissance entre 1 m et 1,60 m et possèdent d'emblée l'instinct de prédation.

Habitat

Les scientifiques ont remarqué que les jeunes vivaient généralement dans les eaux de surface tandis qu'arrivé à un certain âge, ils se rendaient plus souvent dans des eaux plus sombres.

Méthode de chasse

Affiche du film Megalodon
Affiche du film Megalodon

Du fait de sa taille et de son adaptation parfaite, ses attaques sont souvent efficaces et spectaculaires.
Certaines observations ont démontré que le requin se dissimule près du fond pour ne pas être remarqué par une proie en surface et surgit avec une telle rapidité sur elle qu'il sort complètement de l'eau.
L'un des plus célèbres ancêtres du grand requin blanc est le Megalodon, qui vécut il y a 16 millions d'années et s'est éteint il y a 1,6 millions d'années. Il fut un formidable chasseur, probablement le plus grand prédateur marin de tous les temps. Selon les estimations des scientifiques, il mesurait entre 20 et 25 mètres pour un poids avoisinant les 70 tonnes. La mâchoire du Megalodon aurait été la plus puissante du règne animal, 20 tonnes de puissance. Soit une morsure suffisante pour broyer la cage thoracique d'une grande baleine.

En Méditerranée, en raison de la plus faible densité de mammifères marins, il a adopté un mode de chasse plus opportuniste tourné vers les grands poissons comme le thon ou le marlin.

Alimentation

Omnivore, il peut se nourrir de tout et s'adapte facilement aux ressources présentes.
Les jeunes se nourrissent exclusivement de poissons.
Dans l'ensemble, à l'âge adulte les proies préférées du grand requin blanc sont les thons, les espadons, les otaries, les phoques, les dauphins ou encore d'autres espèces de requins.

Dans l'hémisphère sud son alimentation est principalement à base de mammifères marins.

La voracité du requin blanc peut avoir des résultats pour le moins étonnants. On a ainsi pu retrouver dans des estomacs de requins des boîtes de conserve, une pièce d'armure, une poussette, une plaque minéralogique et même un bloc moteur !

Répartition

Il vit dans les mers tempérées froides et tropicales où il fréquente aussi bien les eaux océaniques que côtières.

Le grand requin blanc est présent en Méditerranée, c'est d'ailleurs un pêcheur Maltais qui a remonté le plus gros spécimen connu en 1987 (7,14 m pour 3,5 tonnes). Il est également présent près des côtes françaises mais se fait rare de nos jours. Depuis 1855, il y a eu 2 attaques officielles en France et 7 en Italie.
Il est fréquent sur les côtes des États-Unis.


Article réalisé par Arnaud Filleul et Jean-Pierre Fleury.