Bien pêcher le gardon

Pêcher le gardon
Pêcher le gardon
Le gardon est l'un des poissons les plus communs de nos eaux douces. Autrefois consommé en friture, il est maintenant essentiellement recherché pour le plaisir.


Le gardon est un joli petit poisson

Le gardon est un joli poisson dépassant rarement la livre. Il atteint exceptionnellement 1 kilo, mais un tel gardon n'est pas donné à tout pêcheur. Le gardon appartient à la famille des cyprinidés, comme de nombreuses espèces de nos eaux. On notera ainsi que la brème, le goujon, le rotengle, la carpe ou encore la tanche sont également des cyprinidés.

Comment différencier le gardon du rotengle
Comment différencier le gardon du rotengle

Le gardon peut se confondre avec certains de ses cousins. Il ressemble ainsi au rotengle, espèce qui fréquente souvent les mêmes eaux. Pour différencier les deux espèces, on remarquera que la bouche du rotengle est dirigée vers le haut alors que celle du gardon est droite. La nageoire dorsale du rotengle est également en position plus reculée sur le dos. Enfin, les nageoires du gardon sont oranges alors que celles du rotengle sont franchement rouges. Il faut néanmoins se méfier de ce dernier critère, la couleur des poissons pouvant varier avec celle de l'eau.

Le gardon se pêche au coup

Il faut une ligne légère pour pêcher le gardon
Il faut une ligne légère pour pêcher le gardon

Le gardon est le symbole de la pêche au coup. Le « coup » en question est une zone amorcée par le pêcheur où les poissons se regroupent. On pêche en général à la canne, sans utiliser de moulinet. Il existe plusieurs variantes, notamment la longue canne, une pêche très technique utilisée par les compétiteurs.

On peut alors pêcher à plus de 13 mètres du bord en utilisant d'immenses cannes en carbone. Mais pour prendre des gardons dans un cadre normal, une canne de 4 ou 5 mètres suffit amplement. Il faut surtout soigner l'amorçage et la confection de la ligne.

L'amorçage

Un gros gardon pris au chènevis
Un gros gardon pris au chènevis

Le gardon vient très bien à l'amorce. On utilise un mélange de chapelure de pain et de diverses farines. Vous pouvez acheter directement une amorce du commerce, c'est simple et ca marche très bien.

Si vous voulez, par plaisir, confectionner votre amorce vous-même, il faudra suivre une certaine méthode. L'amorce pour le gardon est en général à base de chapelure rousse, plus odorante que la blanche et très efficace sur le gardon. Cette chapelure se trouve dans le commerce. Il faut ensuite ajouter des farines odorantes, des farines dispersantes, et des farines liantes. L'ensemble doit permettre de former des boules odorantes après mélange avec de l'eau. Une fois lancée dans l'eau, la boule se dispersera et attirera le poisson.

Une recette simple pour le gardon est d'utiliser pour moitie de chapelure rousse. La seconde moitie est composée de farine de chènevis, de coriandre, de coprah et de PV1 (un produit collant). La proportion de ce dernier produit augmente lorsqu'il y a du courant et de la profondeur.

Il est préférable d'ajouter du fouillis de ver de vase dans l'amorce. Ces petites larves étant chères et dures à trouver, on peut les remplacer par une poignée d'asticots ou de pinkies. On forme une dizaine de boules de bonne taille. On commence la pêche par un amorçage conséquent, soit la moitié des boules. On gardera les autres boules pour un amorçage de rappel au cours de la pêche.

Notez une ancienne méthode : la pêche au chènevis. Cette petite graine est un aimant à gardon. Elle présente l'avantage de faire venir les gros spécimens de gardon, tout en éloignant les brèmes. La plupart du temps, les pêcheurs qui se focalisent sur le gardon ne veulent pas que les brèmes envahissent le coup. Il faut amorcer avec des graines cuites à l'eau bouillante pendant plusieurs jours. On revient ensuite pêcher au petit matin, et on place une graine de chènevis cuite sur son hameçon. Il faut aguicher par de petits mouvements du scion, soulevant légèrement le bouchon et donc la graine située plus bas.

La ligne

La ligne sera en nylon 10 centièmes, elle mesurera 70 centimètres de moins que la longueur de la canne. On enfile un flotteur effilé supportant 0,50 à 1 gramme, selon la profondeur de pêche. On peut utiliser un flotteur en forme de poire par temps venteux. On place un bas de ligne de 20 centimètres en 8 centièmes, par un montage boucle dans boucle. Un hameçon numéro 20 à 24 termine la ligne, un 22 étant parfait pour la pêche avec des pinkies. Un hameçon fin de fer est mieux accepté.

Pêcher le gardon

Il faut que le flotteur demeure sur la zone amorcée sans être emporté par le vent. Pour ce faire, le pêcheur contrôle sa ligne en permanence. Notez que le flotteur doit être plombé à la perfection, seule l'antenne doit dépasser. Cela permet d'avoir des touches nettes, mais favorise également le contrôle de la ligne. On ferre dès la touche, sans attendre.

En pratiquant ainsi, le gardon est toujours pris en bordure de gueule. Cela permet de remettre ses nombreuses prises à l'eau. Notez qu'une pêche d'une centaine de gardons est un résultat déjà décent mais qu'on peut atteindre fréquemment lorsqu'on pêche correctement sur une bonne zone.

Cet article a recueilli 42 avis. 86% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : techniques de pêche