Médiateur judiciaire et médiateur de la République

Par : Philippe Colin - Dernière modification : 6 mars 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |
Mots clés : | | |

Pour compléter votre lecture :

mediateur judiciaire mediateur republique reglement amiable litige

Le règlement amiable des litiges par un médiateur judiciaire ou un médiateur de la République

Régler un litige à l'amiable évite parfois les procédures longues et coûteuses du système judiciaire. Les citoyens peuvent être assistés par un médiateur judiciaire en cas de litiges civils ou par un médiateur de la République pour les litiges administratifs.


Le Médiateur judiciaire en matière civile

Le juge saisi d'un litige civil a la faculté de proposer aux parties une médiation. Cette procédure vise à apaiser les tensions entre les parties et à arriver à une solution de compromis satisfaisante, sur l'ensemble du litige ou sur une partie seulement.
Il ne faut pas confondre cette méthode avec la conciliation.


Comment faire appel au médiateur judiciaire ?
Le juge saisi initialement du litige propose la médiation.

Si celle-ci est acceptée par les parties, le juge confie l'affaire à une personne physique (formée spécialement à cet effet) ou à une association pour une durée de 3 mois. Le médiateur peut demander une fois le renouvellement de cette période.


La médiation judiciaire est-elle gratuite ?
Non. La rémunération du médiateur (entre 200 € et 800 €) est fixée par le juge à l'issue de sa mission. Les parties s'accordent sur la répartition des frais de cette rémunération.

A défaut d'accord, le juge répartit également ces frais sur les 2 parties, sauf s'il estime que cette répartition est inéquitable pour l'une des parties, auquel cas il la fixe en fonction des ressources de chacune des parties.

A noter : les frais de la médiation sont éligibles à l'aide juridictionnelle.

Quelle est la mission du médiateur judiciaire ?
Le médiateur tente d'amener les parties à un accord. Il les reçoit, les invite à exprimer leur point de vue et à écouter celui de l'autre partie. Il ne dispose pas de pouvoirs d'instruction. Il peut néanmoins, avec l'accord des parties et pour les besoins de la procédure, entendre les personnes qui y consentent.

Le médiateur est tenu au secret. On attend aussi de lui qu'il fasse preuve de neutralité. Le médiateur ne pourra ainsi témoigner et révéler des informations qu'il aurait recueillies dans la procédure de médiation. Toutefois, il est tenu d'informer le juge en cas de difficultés liées à l'exécution de sa mission. Le juge peut alors décider de mettre un terme à la mission du médiateur.

La médiation peut aussi prendre fin, à la demande des parties ou du médiateur, par une décision du juge saisi initialement.


Que se passe t-il ensuite ?
Lorsque sa mission est terminée (soit en raison de la survenance du délai, soit par décision du juge), le médiateur informe le juge des solutions auxquelles les parties sont arrivées et, le cas échéant, de l'absence d'accord entre elles.

En cas d'accord entre les parties, le juge l'homologue. Les parties sont désormais tenues de respecter les termes de l'accord et de remplir les obligations qui y figurent.

A défaut d'accord, le juge reprend la main sur l'affaire.

A noter : les propos recueillis lors de la médiation judiciaire ne pourront être réutilisés lors d'une procédure ou d'une instance ultérieure sans l'accord des parties.

Le Médiateur de la République

Quels sont les avantages ?
Le médiateur de la République est l'équivalent des conciliateurs pour les conflits entre administration ou service investi d'une mission de service public (mairie, Pôle emploi...) et particuliers.

Il se charge de régler les différends qui n'ont pu aboutir par un arrangement.

Il peut même adresser à l'administration une injonction de se conformer à une décision de justice et proposer la modification de certains textes.


Qui peut en bénéficier ?
Les personnes en conflit avec un service administratif lors du mauvais fonctionnement d'un service, d'une décision inéquitable ou du refus d'exécution d'une décision de justice.

Il faut avoir épuisé tous les recours habituels et s'être heurté à un refus de l'administration en cause avant de saisir le Médiateur.


Que faut-il faire ?
Soit :

  • constituer un dossier complet exposant les données du litige, accompagné des éléments justificatifs et l'adresser au député ou au sénateur de son choix en lui demandant de le transmettre au médiateur ;
  • remplir un formulaire sur le site www.mediateur-republique.fr ;
  • saisir le délégué départemental du médiateur qui assure notamment une permanence en préfecture ou dans les maisons de justice et du droit. Il fournit informations et conseils et peut aider à la constitution d'un dossier et régler directement les affaires les plus simples. On peut obtenir ses coordonnées en préfecture ou sur le site www.mediateur-republique.fr.



Quels sont les frais ?
Gratuit.


Loi du 12 avril 2000

Pour en savoir plus sur le médiateur de la République, vous pouvez vous connecter sur le site officiel http://www.mediateur-republique.fr. Ce site est désormais doté de 2 outils d'information :


  • e-médiateur : une rubrique expliquant les droits et démarches des citoyens ;

  • le mode d'emploi interactif : une rubrique permettant au citoyen de savoir si son litige relève de la compétence du médiateur de la république et l'aidant à constituer son dossier.


Logement, divorce, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr