5 idées reçues sur le régime végétarien

Publié le 
5 idées reçues sur le régime végétarien / iStock.com - bhofack2
5 idées reçues sur le régime végétarien / iStock.com - bhofack2
Vous avez toujours entendu dire que les végétariens attrapaient plus de maladies que les autres, qu'ils étaient carencés notamment en protéines, en fer, en zinc ou encore en vitamines B12, qu'ils mettaient en danger la santé de leurs enfants ? Est-il vrai qu'ils sont aussi de plus en plus nombreux ? Éclaircissons tout de suite ces quelques points.


Ne pas manger de viande entraîne des carences nutritionnelles

Faux. Largement répandue parmi les omnivores, cette croyance que le régime végétarien est mauvais pour la santé est fausse. Quelle que soit la raison pour laquelle les végétariens font le choix de ne plus consommer de produits animaux, ils s'alimentant de manière responsable et équilibrée.

Le mythe de la carence en protéines est l'argument premier de l'idéologie anti-végétarienne. Or, les protéines animales peuvent très facilement être remplacées par des protéines végétales ; ces dernières contiennent, tout comme celles de la viande, les 8 acides aminés essentiels. Les végétaux les plus riches en protéines qui permettent facilement d'atteindre les taux nécessaires à notre croissance sont principalement les légumineuses (tofu, soja, lait de soja, haricots rouges, lentilles...) et les céréales (avoine, pain complet, pain de seigle, graines de courge, spaghetti complets...).

Également pointées du doigts, les carences en fer et en zinc sont rares dans les pays industrialisés pour les personnes végétariennes qui ne sont pas à risques (femmes enceintes, malades, personnes âgées...). Les meilleures sources de zinc sont les graines (cacao, chanvre, courge, lin, sésame, tournesol...), les fruits secs (noix, noix de cajou, noisettes, amandes, pistaches...) ainsi que les algues (spiruline...). Bon à savoir : la pratique du trempage et de la germination des graines ainsi que la fermentation favorisent la biodisponibilité du zinc.

Pour ce qui est du fer, une alimentation végétale diversifiée à base d'aliments complets couvre facilement les besoins quotidiens. Parmi les aliments les plus riches en fer, citons les algues, le thé noir, le sésame, le quinoa, les graines de tournesol, le sucre brun...

Les végétariens ont une santé fragile

Faux. Bien au contraire, même si une étude autrichienne de l'Université de Médecine de Graz en 2014 a relancé le débat en fournissant des arguments aux anti-végétariens. Selon N. Burkert et son équipe, les personnes qui ne mangent pas de viande souffrent davantage d'allergies (≈ 30% contre ≈ 17%), de troubles de l'humeur (≈ 9% contre ≈ 5%) ou encore de cancers (≈ 5% contre ≈ 3%). Ils ont également plus recours aux médicaments.

Pourtant l'ADA (American Dietetic Association), en se basant sur de nombreuses preuves scientifiques, se positionne régulièrement quant aux alimentations végétarienne et végétalienne. Référence mondiale en matière de végétarisme, cette association qui comprend plus de 70 000 professionnels de la santé, affirme que ces alimentations lorsqu'elles sont 'bien conçues sont bonnes pour la santé (…) et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies (…).'

Possédant un Indice de Masse Corporelle généralement plus bas, les végétariens ont moins de tension et de mauvais cholestérol. Outre la diminution de risques cardiovasculaires, les adeptes de l'alimentation végétale sont plus épargnés par certains cancers (colon, pancréas), le diabète, les maladies rénales, l'arthrite rhumatoïde, l'ostéoporose...

Pour info : La consommation de produits carnés transformés (charcuterie, saucisses...) fait partie depuis 2015 du groupe des aliments 'carcinogènes pour l'homme'. L'OMS a également classé la consommation de viandes rouges (agneau, bœuf, cheval, mouton, porc, veau) comme 'carcinogène probable' !

Il y a de plus en plus de végétariens

Vrai et faux. Un sondage réalisé en janvier 2015 pour Terra Eco estime le nombre de végétariens en France à environ 3%, un chiffre qui a peu évolué ces dernières années. Il est vrai aussi que les données sont difficiles à évaluer en raison de la multiplicité des catégories : végétariens, lacto-végétariens, ovo-lacto-végétariens, ovo-végétariens, végétaliens, végans...

Par contre, les français réduisent année après année leur consommation de viande voire envisagent pour 10% d'entre eux de devenir végétariens dans les prochaines années. Qu'il s'agisse d'une transition en douceur vers le végétarisme, d'une démarche éco-responsable ou d'une prise de conscience concernant sa santé, le flexitarisme est une volonté en progression constante.

L'image du végétarisme a beaucoup évolué ces dernières années. En passe de devenir un véritable mode de vie, le végétarisme n'est plus une simple niche. Perçu par une part croissante de la population comme une façon de prendre soin de sa santé et du monde qui nous entoure, l'alimentation végétarienne se diversifie tant au niveau des lieux de vente que des produits disponibles.

L'alimentation végétarienne est pauvre en vitamines B12

Vrai. Provenant presque exclusivement de produits animaux, les vitamines B12 peuvent parfois faire défaut dans le régime végétarien et plus encore dans les régimes végétalien et vegan qui ne consomment aucun produit issu des animaux. L'Union Européenne recommande un Apport Journalier minimum (AJR) de 3 µg, l'idéal étant de 7 µg. Or la prise de médicaments, l'alcool, le tabac, le café ou encore les drogues ne facilitent pas l'assimilation de cette vitamine.

Essentielles au bon fonctionnement de notre organisme (protection des nerfs, respiration cellulaire, formation de l'hémoglobine...), les vitamines B12 ne peuvent être apportées que par l'alimentation. Les aliments d'origine animale sont ceux qui en contiennent le plus et notamment le foie (bœuf, veau, morue), le caviar, les huîtres, le lapin, le maquereau, le hareng, les moules...

Pour pallier aux risques éventuels d'une carence en vitamines B12 chez les personnes à risques (végétaliens, femmes enceintes, enfants, personnes âgées...), il est recommandé de prendre des suppléments (ampoules, capsules, comprimés, gouttes, sirops...).

Ne pas consommer de produits animaux est dangereux pour les femmes enceintes et celles qui allaitent

Vrai et Faux. Un régime végétarien, bien équilibré, est sans risque pour la santé du nouveau-né. Très riche en nutriments, le lait maternel tété les premiers jours après l'accouchement ou colostrum, est aussi bénéfique au nouveau-né qu'il s'agisse d'une maman végétarienne ou omnivore. Il en est de même pour le lait maternel des 6 premiers mois qui contient tous les éléments nécessaire à la croissance du bébé tout en le protégeant de certaines maladies ou infections (allergies, diabète, otite...).

Par contre, les mamans végétariennes qui ne mangent ni œuf ni fromage ainsi que les mamans végétaliennes doivent :

  • veiller à l'équilibre entre oméga 3 et oméga 6 et la présence suffisante de fer,

  • se supplémenter en vitamines B12 pendant la grossesse et l'allaitement,

  • consommer quotidiennement des légumineuses.

Cet article a recueilli 11 avis. 91% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".