8 astuces pour se souvenir de tout (ou presque)

Article mis à jour le 

Comme l'écrivait le poète et romancier Max Jacob, "l'érudition, c'est la mémoire et la mémoire, c'est l'imagination". Aujourd'hui plus qu'hier, et ce d'autant plus à l'heure où les distractions numériques et le multitâche prennent le pas sur nos cerveaux, le travail sur la mémoire et la remémoration semble d'une importance cruciale. Souvenons-nous d'ailleurs du philosophe Cicéron, pour qui la mémoire était "trésor et gardien de toutes les choses". Pour ne pas perdre cet atout précieux et entacher la mémoire de travail, nous avons sélectionné 8 astuces.

Selon une étude récente, nombre de personnes issues de la génération Y, âgées entre 18 et 34 ans, ont nettement plus tendance à ne plus se souvenir quel jour nous sommes : 15 % contre 7 %. Même schéma s'agissant de l'endroit où ils ont laissé leurs clés (14 % contre 8 %). Pire : ces derniers sont plus enclins à oublier d'apporter leur déjeuner (9 %) voire même de se laver (6 %) que les séniors.

Un phénomène qui permet de mettre en perspective une chose que nous oublions également trop souvent : les pertes de mémoire peuvent se manifester à n'importe quel âge et être une gêne aussi bien au travail que dans la vie personnelle. Or, pour contrecarrer la perte de mémoire, on utilise parfois dès le plus jeune âge des termes mnémotechniques : c'est par exemple le cas de "Never Eat Shredded Wheat", pour se souvenir des quatre points cardinaux.

Mais ce genre d'astuce ne se limite pas seulement à vous aider à passer en CE2 et peut vous aider à améliorer votre mémoire au quotidien. Ainsi, il existe de nombreuses méthodes faciles à mettre en pratique pour ne pas oublier le nom des gens, l'endroit où l'on a garé son véhicule ou encore là où l'on a posé ses lunettes. En voici huit.

Apprenez à visualiser pour mieux mémoriser

Vous souhaitez que votre cerveau imprime une liste de mots ou de noms ? Une chose est sûre : vous vous en souviendrez nettement mieux si chacun d'entre eux sont associés à une image, et ce tout particulièrement si vous avez une mémoire visuelle (c'est le cas de 65 % de la population). Ainsi, si vous avez un rendez-vous à 4h30, vous pourriez par exemple penser à votre quatuor favori (au hasard, les Beatles ?) et au gâteau d'anniversaire de vos 30 ans. Certes, la méthode peut sembler alambiquée, mais elle fonctionne. Essayez.

Optez pour un jeu de réflexion

Ce n'est pas une idée reçue : le Sudoku et les mots-croisés contribuent vraiment à la stimulation de votre cerveau. Mais puisque tout le monde est aujourd'hui hyper-connectés, il y a aussi des exercices disponibles sur ordinateur ou sur smartphone. C'est le cas de Lumosity (uniquement en anglais), un jeu développé par des neuroscientifiques dont la promesse est d'améliorer la mémoire de 97 % des utilisateurs au bout de seulement 10 heures de jeu.

Bien que les études sur l'efficacité de ce genre de dispositif soient encore assez rares, les spécialistes sont nombreux à considérer qu'ils boostent la mémoire. Récemment, une étude a d'ailleurs montré que les personnes âgées de plus de 60 ans jouant à un jeu vidéo spécialement conçu pour développer la mémoire sont ensuite capables de réaliser plusieurs choses à la fois. Comment expliquer le phénomène ? Par le fait que ce genre de jeu stimule les synapses dans l'ensemble du cerveau, et notamment dans la partie consacrée à la mémoire.

Adoptez la technique Cicéron

Dans De oratore, Cicéron évoque une technique, aujourd'hui baptisée Méthode de Loci ou encore "méthode des lieux" pour se souvenir des choses et des informations. Pour ce faire, il se sert du pouvoir des images en guise de support – il s'agit de lieux physiques – et des relations spatiales retenues pour ne pas oublier une information.

Pour faire simple, détaillent les psychologues John O'Keefe et Lynn Nadel, une personne va mémoriser la façon dont est agencée un endroit, la disposition des boutiques dans une rue ou encore n'importe quel lieu géographique composé de lieux distincts. Lorsqu'elle voudra se rappeler d'un ensemble d'éléments, la personne va arpenter ces lieux et associer un élément pour chaque endroit, de façon à créer une image mêlant l'élément à une composante de cet endroit. De fait, la personne va en définitive réussir à recomposer les éléments souhaités en puisant dans ces images et en flânant mentalement dans les différents lieux.

En pratique, vous pouvez tenter l'expérience en traversant dans votre tête les pièces de votre domicile, tout en connectant chacune d'entre elles à une information précise. Par la suite, vous n'aurez alors qu'à retourner dans ces pièces afin d'y chercher l'information voulue.

Pratiquez la méthode Boulanger-boulanger

Au départ, cette technique vient d'une expérience appelée Boulanger-boulanger (Baker-baker), au cours de laquelle les volontaires ont été scindés en deux groupes et auxquels on a montré la photo d'un homme. Pour l'un des groupes, les psychologues ont indiqué que le nom de famille de celui-ci était Boulanger, à l'autre que sa profession était boulanger. Or, quand la photo de l'homme leur a de nouveau été présentée et qu'ils devaient alors se souvenir du mot associé, les sujets à qui on avait parlé du métier ont mieux réussi à se le remémorer, contrairement aux autres. Pourquoi ? Parce que, même si les deux termes ainsi que les deux photos soient identiques en tous points, lorsque nous pensons à un boulanger, cela nous renvoie à d'autres images (un tablier, un fourneau, une cuisine, du pain chaud) qui forment par leur association une histoire.

Or, dans le magazine Fast Company, un employé a expliqué que c'est précisément la mise en œuvre de ce paradoxe qui lui a permis de s'en sortir en fac de médecine. Pour sa part, il a utilisé l'histoire de lance Armstrong de façon à se souvenir des données complexes concernant la chimiothérapie. En bref, si vous souhaitez vous rappeler de certains détails, le fait d'associer une information à une personne ou une histoire va sans aucun doute vous aider à vous remémorer l'info avec plus de facilité.

Faites une bonne sieste

Vous avez maintenant un bon argument pour laisser un peu de côté votre travail une petite heure cet après-midi : faire une sieste permet en effet d'améliorer ses capacités d'apprentissage et de mémorisation. Souvenez-vous : des spécialistes de la NASA se sont aperçus dernièrement que la sieste maximisait considérablement la mémoire de travail. De même, en 2008, une étude a démontré grâce à l'IRM que l'activité du cerveau est nettement meilleure durant la journée chez les personnes faisant la sieste que chez ceux ne prenant pas de pause.

Des bienfaits de l'étiquetage des gens

Comment diable faisait Franklin Roosevelt, dont la mémoire est légendaire, pour se rappeler du nom d'une personne qu'il n'avait vu qu'une seule fois dans sa vie plusieurs mois auparavant, et ce avec facilité ? Tout simplement en visualisant le nom des gens qu'il croise écrit en toutes lettres sur leur front, après s'être présenté à eux. Voilà pourquoi Roosevelt parvenait à se souvenir des noms de l'ensemble de son personnel et des personnes rencontrées. À noter, d'après CNN, que le fait de visualiser le nom avec sa couleur préférée peut aider.

Ne lésinez pas sur les Oméga-3

Vous en entendez parler régulièrement : les Oméga-3, présents aussi bien dans le saumon, le thon, les huîtres, les graines e potiron, les choux de Bruxelles ou encore les noix sont des nutriments particulièrement bons pour votre cerveau. À noter que ces derniers peuvent aussi être consommés en tant que compléments alimentaires. Et d'après une étude de l'université de Pittsburgh datant de 2012, le fait de consommer des Oméga-3 renforcerait la mémoire de travail chez les jeunes adultes en bonne santé. En outre, selon une étude de l'université de Columbia, la consommation de matières grasses saines réduirait les risques de contracter la maladie d'Alzheimer.

Faites preuve d'attention

Cela pourra peut-être vous sembler anodin, mais le fait de rester concentré sur la mission demandée ou tout simplement de faire preuve d'attention tout au long d'une conversation est une des meilleures astuces pour renforcer la mémorisation. Pourquoi ? Parce que le fait de se distraire réduit à néant nos souvenirs – les souvenirs que nous créons ne sont alors pas très fiables –, ce qui nous fait oublier plus facilement les choses.

Enfin, si toutefois vous avez du mal à vous concentrer, sachez que le fait de pratiquer la méditation une dizaine de minutes chaque jour renforcerait, d'après l'université de Californie, les capacités de la mémoire et de la concentration. Bref, pour prendre soin de votre cerveau, tachez d'être attentifs.

Sources : NPR, CognitiveMap, PsychologyToday, FastCompany, HuffPost, CNN