Idées reçues sur la maladie d'Alzheimer

Connaître les idées reçues sur la maladie d'Alzheimer
Connaître les idées reçues sur la maladie d'Alzheimer
La maladie d’Alzheimer fait de plus en plus parler d’elle, touchant un nombre sans cesse croissant de personnes. En France, presque 900 000 individus en sont atteints. L’occasion de faire le point sur cette pathologie.


Oui, la maladie d’Alzheimer est en croissance constante

La maladie d’Alzheimer est la principale cause de démence en France et les premiers symptômes se manifestent principalement après 65 ans.
L’espérance de vie étant en augmentation, le pourcentage de malades atteints croît également. De plus, l’espérance de vie des femmes étant plus importante que celle des hommes, celles-ci ont plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Non, la maladie d’Alzheimer ne touche pas que les personnes âgées

On sait que le vieillissement est un des facteurs de risque important dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Cependant, si de nombreuses personnes développent cette maladie après 65 ans, il arrive que celle-ci se déclare beaucoup plus tôt.

Des signes précoces peuvent apparaître dès l’âge de 35 ou 40 ans. Le diagnostic en est rendu encore plus difficile car les symptômes peuvent être confondus avec des traits de la dépression, par exemple.

Non, la maladie d’Alzheimer ne se guérit pas actuellement

Même si de nombreux chercheurs continuent leurs travaux aujourd’hui pour trouver des traitements possibles, il n’existe pas à l’heure actuelle de médicaments pouvant enrayer la maladie d’Alzheimer, ni la guérir.

Il existe cependant des traitements qui permettent de diminuer quelques symptômes afin d’améliorer la vie quotidienne de la personne. Ils agissent le plus souvent sur les troubles de la mémoire et du comportement, mais la maladie continuera à évoluer progressivement.

Oui, il existe des facteurs de risque

Si l’avancée en âge reste le principal facteur de risque, la ou les causes de la maladie d’Alzheimer restent imprécises : on parle plutôt d’un ensemble de prédispositions. Ainsi des antécédents de maladie cardiovasculaire, des facteurs génétiques ou encore héréditaires peuvent contribuer à l’apparition de cette pathologie.

Oui, il y a un certain nombre de signes précurseurs

Les troubles de la mémoire sont le signe le plus souvent mentionné par les patients ou leur famille. Mais il y en a d’autres qui peuvent se manifester :

  • perte de la notion du temps et de l’espace ;
  • changements dans le comportement et le caractère habituel ;
  • troubles du langage, en compréhension et en expression ;
  • troubles du raisonnement et de la logique ;
  • perte d’intérêt pour une activité qui passionnait la personne…

Oui, prévention et diagnostic précoce ont un grand rôle à jouer

Même si actuellement, on ne peut prévenir la maladie d’Alzheimer, il n’empêche que des études ont montré qu’il est possible d’en réduire un minimum le risque :

  • hygiène de vie ;
  • activité physique poursuivie ;
  • alimentation saine ;
  • maintien et entraînement de certaines fonctions cognitives comme la mémoire et le raisonnement…

De plus, de nombreuses recherches orientent leurs travaux vers l’intérêt d’un diagnostic précoce car la maladie d’Alzheimer ne se déclare pas brutalement mais de manière "sournoise" : plus la maladie est détectée tôt, plus les prises en charge seront rapides et adaptées à l’individu.

Ainsi, la maladie d’Alzheimer pose encore et toujours de multiples questions quant à son origine, son traitement, sa prise en charge ou sa prévention. Espérons que les recherches entreprises actuellement contribueront à élargir les réponses.