Alimentation bébé : les parents préfèrent le fait-maison

Article mis à jour le 

Du pot tout prêt au fait-maison, le choix est vite fait pour les parents : ils sont désormais de plus en plus nombreux à être sensibles à l’alimentation de bébé. Fini les pots préparés des hypermarchés, place aux vraies saveurs et à l’éveil du goût à table avec les plats authentiques. Le retour au naturel fait ses adeptes même dès le plus jeune âge.

La confiance dans l’alimentation semble avoir modifié les habitudes de consommation des Français. Jusqu’à aujourd’hui, les petits pots tout prêts pour bébé étaient l’allié des parents.

Pourtant même s’ils facilitent grandement la vie des parents débordés en termes de temps et de praticité, il s’avèrerait que la tendance dans les foyers soit désormais au fait-maison. D’après une étude sur la nutrition des bébés réalisée par Deloitte, 82 % des Français seraient conquis par les plats faits-maisons pour nourrir leurs nourrissons.

La recette d’une conquête : de la saveur et un petit prix

Et pourtant, en France, ce n’est pas la confiance dans les pots pour bébé préparés qui devrait être contestée,  pour preuve : l’Hexagone est leader sur le marché infantile en Europe. En revanche, en France, il est en baisse et serait même en passe de perdre 2 % de son chiffre d’affaire cette année. Les foyers français préféreraient le naturel et le retour aux saveurs authentiques, targuant que le fait-maison correspond à leurs critères de goûts.

Autre critère de choix pour les parents : le prix. La crise oblige, les étiquettes indiquant le prix sont aussi un facteur important dans le choix alimentaire. Au final, la hausse des prix de pots préparés a convaincu 83 % des parents de se tourner vers les produits plus authentiques. Pour la plupart, le choix était vite fait : pour le même prix, ils obtenaient une meilleure qualité avec le fait-maison, jugé plus sain.

Mais les petits pots ne sont pas tous boudés pour autant : d’après l’étude, les parents favoriseraient ceux labellisés bio. Ils seraient rassurés par les arguments des marques clamant l’absence d’engrais chimique, de pesticides, ou d’insecticides dans leurs produits. L’assurance d’un produit sain et de qualité semble fonctionner. Cependant, il faut prendre en compte que les aliments utilisés dans les produits bio ne sont pas forcément d’une meilleure qualité nutritionnelle que les autres.

Un étiquetage renforcé d’ici 2015

Les parents risquent d’être encore plus rassurés au vu de l’adoption d’une nouvelle mesure le 11 juin dernier. L’Union Européenne a l’intention de renforcer la réglementation des produits alimentaires pour les bébés. D’ici 2015, la composition des aliments y sera notamment plus rigoureuse : les doses vitamines et minéraux seront limitées selon certains plats et le taux de pesticides sera indiqué clairement au consommateur.

Ces mesures concerneront l’alimentation des bébés mais également des personnes souffrant de certaines pathologies. Une décision prise dans l’intérêt des enfants dont le "métabolisme est plus fragile que le nôtre", a déclaré l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi. Il est donc nécessaire de limiter leur exposition à certaines substances toxiques, et ce, dès leur plus jeune âge.

Dans le même temps, la décision touchera aussi "les laits de suite" pour les enfants de 6 à 12 mois. Plus aucune photos de bébé n’y figurera, le Parlement européen jugeant ces images décourageantes pour l’allaitement maternel.

Sources : Le Parisien ; Famili.fr et Consoglobe