Chômage : les règles d’indemnisation vont changer

Article mis à jour le 

Au cours de la nuit de vendredi à samedi, les syndicats et le MEDEF ont décidé de changer les règles d’indemnisation des chômeurs. Voici ce qui va changer.

Après de longues négociations entre le patronat et les syndicats sur la réforme de l’indemnisation chômage, un accord a été trouvé dans la nuit de vendredi à samedi. Le texte, présenté par le MEDEF, va apporter des modifications majeures au fonctionnement de l’assurance chômage. Voici les changements auxquels les demandeurs d’emploi vont devoir se préparer.

Des droits rechargeables

Auparavant, les chômeurs perdaient une partie de leurs droits à indemnisation à chaque fois qu’ils retrouvaient un travail. L’accord syndicats-MEDEF va changer cela grâce à un dispositif de droits rechargeables, un principe déjà acté dans la loi de sécurisation de l’emploi de 2013.

Désormais, à chaque fois qu’un demandeur d’emploi retravaille, il pourra additionner ses droits à indemnisation. Ce qui veut dire concrètement que lorsqu’un demandeur d’emploi épuisera ses droits, Pôle Emploi rechargera son compte avec les nouvelles allocations qu’il aura acquises en travaillant.

Les allocations repoussées en cas de grosses indemnités de départ

Lorsqu’un cadre touche un gros chèque d’indemnités de départ, il devra désormais attendre jusqu’à 180 jours pour toucher l’allocation chômage. Auparavant, ce délai était de 75 jours. La CFDT voit en cette mesure un moyen d’éviter les recours abusifs aux ruptures conventionnelles, qui servent de préretraites aux seniors de certaines entreprises.

Le régime des intermittents est durci

Désormais, le cumul entre salaire et allocations des intermittents sera plafonné à 5 475 euros bruts par mois. De plus, il leur faudra attendre avant de toucher leurs allocations, en raison de la mise en place d’un "différé" d’indemnisation. Enfin, les cotisations sur leurs salaires vont être revues à la hausse, et passer de 10,8% à 12,8%.

Les plus de 65 ans vont devoir contribuer

Alors qu’ils étaient jusqu’à présent exonérés de cotisations Unedic, les salariés de plus de 65 ans seront tenus de contribuer au régime au même titre que les salariés plus jeunes.

Une simplification du cumul petits boulots-allocations

Afin de simplifier le système d’activité réduite, qui permet de cumuler petits boulots et allocations, cette possibilité de cumul ne sera plus limitée à 15 mois.

Sources : Le Monde, L’Express, Le Parisien, Le Point