Pourquoi est-on enchanté après avoir souffert le martyr au sport ?

Article mis à jour le 

Pas si évident de s'expliquer l'étonnante sensation de bien-être éprouvée à l'issue d'une séance de sport intense. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, il ne s'agit non pas d'un effet de soulagement mais du résultat de réactions chimiques influençant directement notre cerveau, et par extension  notre humeur.

Le sport, un activateur de "bonne humeur"

La cause principale de ce phénomène de bien-être est la sécrétion d'hormones appelées endorphines pendant le sport. Or, ces dernières, produites grâce à l'effort physique, ont la particularité d'avoir les mêmes effets que la morphine, d'où une impression tenace d'euphorie. Mais ce n'est pas tout : d'autres substances sont à l'origine de la bonne humeur pendant le sport. Ainsi, des neurotransmetteurs tels que la noradrénaline, la dopamine ou encore la sérotonine sont produits. Et la libération de ces substances, une fois combinées et synthétisées, entraînent un sentiment de plénitude. De quoi encourager les personnes les plus réfractaires à l'activité sportive.

20 minutes de sport suffisent pour se sentir apaisé

D'après une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Nottingham, la phényléthylamine (PEA), un neurotransmetteur, jouerait un rôle crucial dans l'équilibre psychique de l'homme. De fait, la PEA serait très faible chez les personnes concernées par la dépression. Pourtant, une simple séance de sport permettrait d'en augmenter le taux.

Une autre étude, menée par le docteur Jeremy Sibold et des chercheurs de l'Université du Vermont, a par ailleurs mis en évidence qu'une vingtaine de minutes de sport suffit à lancer la production de neurotransmetteurs et à procurer un sentiment de sérénité.

Conclusion, dès la première séance de sport, des effets sont visibles et procurent mathématiquement du bien-être. Une solution pour le moins économique pour éviter les coups de blues de la sortie de l'hiver.

Sources : fysiki.com, bjsm, uvm.edu