Une protection solaire à boire mise au point par des chercheurs américains

Article mis à jour le 

Et si l'étalage de crème solaire, parfois long et fastidieux, n'était bientôt plus qu'un lointain souvenir ? C'est ce que laisse présager la société de cosmétiques Osmosis Skincare, qui affirme avoir mis au point une protection contre les rayons nocifs dont la particularité est d'être buvable…

Osmosis Skincare, une société américaine de cosmétiques, vient d'élaborer un produit pas comme les autres baptisé "Harmonised H20 UV". Buvable, ce dernier permet d'obtenir un indice de protection de la peau atteignant 30. Ainsi, sur le site internet de la compagnie, crée par le Docteur Ben Johnson, il est recommandé aux utilisateurs de boire 2 ml du produit mélangé à de l'eau toutes les quatre heures afin de bénéficier d'une protection efficace. Mais il est aussi précisé qu'il est nécessaire de patienter une heure après avoir avalé le mélange pour être protégé de façon optimale.

En outre, toujours selon les informations diffusées par l'entreprise américaine, les molécules contenues dans le produit, une fois ingérées, entrent en contact avec des cellules de la peau et protègent ces dernières de 97 % des rayons UV-A et B. Pour rappel, ces derniers sont entre autres responsables de maladies cutanées et du vieillissement prématuré de la peau. Pour l'heure, deux formules sont proposées à la vente, chacune contenant 100 ml et coûtant 25 euros : la particularité de la première est de laisser passer une partie des rayons pour permettre le bronzage tandis que la seconde les bloque totalement.

Encore un peu de patience

Reste qu'en dépit du fait qu'Osmosis Skincare mette de nombreux témoignages enthousiastes en avant sur son site internet et sur les réseaux sociaux, sa substance "magique" n'a jusqu'à présent pas été validé par l'ordre des dermatologues américains.

Quoi qu'il en soit, il n'est pas exclu que ce type de produits de beauté à boire ou à manger puisse à l'avenir faire l'objet d'une vive concurrence entre les géants de l'industrie cosmétique américaine. Mais il faudra encore patienter quelque temps avant de voir la formule se développer réellement.

En 2011, déjà, le New York Times avait en effet mis en évidence une invention australienne comparable, et des oursons en gélatine produisant un effet fond de teint avaient même vu le jour peu de temps après. Or, la tendance ne semble aujourd'hui pas encore suffisamment amorcée pour créer un véritable marché. C'est la raison pour laquelle Osmosis Skincare espère bien pour sa part réussir à percer, d'autant plus que les indices affichés sur les crèmes solaires sont depuis quelques années régulièrement remis en cause.

Sources : telegraph, huffpost, osmosisskincare