Quand les salariés se mettent aux fourneaux... au bureau

Article mis à jour le 

Bien conscient de l'importance des repas pour les salariés, véritables vecteurs de bien-être, le mouvement #TousAPoeleAuBureau incitent les employés à cuisiner depuis leur bureau grâce à l'installation de cuisines d'entreprises. Une solution qui pourrait leur permettre d'améliorer considérablement la qualité des déjeuners, et de diminuer leurs prix.

Souvent, lorsqu'il s'agit de manger au bureau, deux solutions s'offrent aux employés qui ne disposent pas d'une cantine dans leur entreprise : préparer quelque chose la veille – ce qui devient rapidement chronophage sur le long terme – ou bien acheter quelque chose sur place (restaurant, sandwich, plats à emporter, etc.). Mais en dépit des avantages de la seconde option, deux problèmes se posent : la qualité de la nourriture, pas toujours équilibrée, et surtout le prix.

Afin de réduire ces dépenses considérables mais aussi dans l'optique de développer une alimentation plus saine – un peu à la manière de l'application BeMyGuest, –, le projet #TousAPoeleAuBureau espère répandre la mode de la cuisine d'entreprises dans l'Hexagone. Un dispositif qui a d'ores et déjà séduit quelques entreprises situées en Bretagne.

Qu'est-ce qu'on mange à midi ?

À l'origine, le concept #TousAPoeleAuBureau est parti d'une grande question que se posaient alors chaque jour inlassablement les employés de l'entreprise La Ruche Qui Dit Oui : que va-t-on manger ce midi ? Sur son blog, l'équipe de la Ruche annonce que "la bombe est lâchée", abordant l'idée de se mettre tous à poêle au bureau. Depuis ce jour, les membres de l'entreprise n'ont cessé de cultiver et de renforcer les circuits-courts alimentaires. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les idées fourmillent.

Ainsi, les employés ont fait parler leur créativité en transformant notamment les ingrédients d'un sucré-salé en un véritable satellite gastronomique, concentré d'astronomie créative. Mais c'est finalement autour d'un tartare de bœuf accompagné d'un œuf poché que l'équipe a pris sa décision : les dix salariés ont en effet choisi de cuisiner tous les jours pour tout le monde, "quitte à faire des contraintes de l'entreprise un facteur de créativité".

S'organiser, se motiver et surtout s'équiper

Mais pour réussir un tel défi, il est pour cela nécessaire que chaque personne soit mise à contribution : un binôme s'attaque par exemple à la cuisine, un autre à la vaisselle et un troisième s'occupe à tour de rôle des courses deux fois par semaine. Sans pour autant tenir des comptes ou effectuer systématiquement des rotations, le mode d'organisation s'équilibre facilement. Pour organiser les activités, un tableau récapitulatif de la semaine peut cependant par exemple être affiché dans l'open-space.  

S'agissant de l'équipement, l'entreprise La Ruche Qui Dit Oui y est allée progressivement, à raison d'un achat par mois. En sus des deux plaques de cuisson et du rice cooker, de nouveaux appareils sont venus étoffer la cuisine pour permettre de nourrir une douzaine de personnes. Outre le fait de resserrer les liens, cette initiative a aussi permis à l'équipe de réduire ses dépenses de nourriture.

Ainsi, 5 euros par personne suffisent à concocter une salade, un plat et un dessert, accompagné de fromage ou encore de pain. Mais au-delà du fait de parvenir à un prix largement inférieur à tout type de ticket restaurant, ce que relèvent les employés de l'entreprise après avoir mis en place un tel fonctionnement est l'arrivée d'une convivialité inédite qui n'a pas de prix. Une initiative qui pourrait peut-être prochainement faire de nombreux envieux et s'inviter dans d'autres entreprises.

Source : blog.laruchequiditoui