Un traitement anticancéreux hors de prix peut vous faire repousser les cheveux

Article mis à jour le 

À travers une étude rendue publique par la revue Nature Medicine, une équipe de chercheurs de la Columbia University Medical Center a révélé l'effet étonnant d'un médicament anticancéreux récemment mis en vente. Si leurs premiers tests venaient à se confirmer, ledit médicament pourrait permettre une repousse totale des cheveux…

Un médicament anticancéreux commercialisé depuis peu et présentant des effets inattendus sur la repousse des cheveux laisse présager un nouvel usage en matière de traitement de certains cas d'alopécie. Comme l'a indiqué le Dr Raphaël Clynes, auteur de l'étude issu du département de médecine à l'université de Columbia, à Natural Medicine, il n'est pas impossible que ce médicament soit en mesure de changer la vie de nombreuses personnes. Encore faudrait-il toutefois que les résultats des chercheurs viennent confirmer les premiers tests réalisés.

Pour l'heure, l'expérience a été réalisée avec une molécule appelée ruxolitinib, commercialisée depuis peu en France sous le nom Jakavi® par la société Novartis. Officiellement, celle-ci sert à traiter des complications de myélofibrose, une affection d'origine cancéreuse qui se concrétise par un changement de la structure et des fonctions de la moelle osseuse, et par extension des cellules sanguines. Mais les auteurs de l'étude publiée par Nature Medicine ont mis en évidence des effets surprenants au sujet de l'alopécie areata, à savoir l'alopécie se manifestant par la perte de cheveux par plaques, qu'on appelle aussi "pelade". Or, cette pathologie dermatologique courante, qui peut atteindre toute tête et qui concerne en général des adolescents ou de jeunes adultes, reste un mystère pour de nombreux spécialistes.

Contrairement à ce que certains chercheurs supposaient, il ne serait pas ici question de perturbations hormonales mais d'un dérèglement du système immunitaire. En pratique, ce sont les cellules lymphocytes T qui s'en prendraient sans raison apparente à certains follicules pileux, jusqu'à leur disparition. Un cas de figure devant lequel la médecine moderne reste impuissante.

Des molécules capables de corriger le système immunitaire ?

Cependant, des chercheurs américains sont parvenus, après décryptage cellulaire et moléculaire du phénomène, à identifier une famille de molécules potentiellement capable de stopper ces perturbations immunitaires. Pour ce faire, ils ont opté pour les inhibiteurs de la "Janus kinase 2" en les testant sur des souris touchés par la pelade. Puis après l'avoir validé sur les rongeurs, ils ont essayé le même principe sur l'homme.

Pour l'heure, trois premiers cas concluants chez l'homme ont été observés. Il s'agit de trois volontaires qui avaient perdu plus d'un tiers de leurs cheveux. Ces derniers se sont vus administrés par voie orale pendant cinq mois du ruxolitinib, ce qui a permis la repousse intégrale de leur chevelure. De quoi laisser penser aux scientifiques que l'atteinte contre les follicules pileux a été tout simplement stoppée. Pour illustrer le phénomène, la BBC a posté sur son site des images pour le moins impressionnantes.

Combien coûterait un tel médicament aux malades ?

L'utilisation du ruxolitinib est déjà brevetée par la Columbia University. Et un prix de vente a déjà été obtenu pour le Jakavi®, de Novartis : la boîte de 60 comprimés coûte 4211,95 euros (soit 70 euros le comprimé). Un prix, qui bien que remboursé à 100 %, est jugé prohibitif par les cancérologues, et incompatible avec une éventuelle prescription dermatologique…

Sources : slate, atlantico, santelog