Cachalot et les hommes

Une aubaine un cachalot s’est échoué
Une aubaine un cachalot s’est échoué
L'histoire du cachalot et des hommes a longtemps été faite de non événements, une sorte de statu quo fondé sur l'ignorance mutuelle. Puis, la technique aidant unilatéralement les hommes, ils déclarèrent l'ouverture de la chasse au cachalot. Dès lors pour l'ambre ils ne lâchèrent plus jamais leur proie.


Un début de relations en relative douceur

Les dents de ce cétacé ont eu une valeur culturelle dans toute la zone Pacifique. En Nouvelle Zélande, ainsi que dans les iles Fidji et Tonga elles sont signes de prestige, utilisés dans les négociations par les chefs tribaux.
Ces peuples ne chassant pas le cachalot, les dents étaient rares et en posséder était un signe de richesse et de pouvoir.

Avant 1700, le cachalot n'était pratiquement pas chassé par l'homme. Seule une pêche au large des côtes indonésienne a été documentée.

Mais durant le 18ème siècle, avec la demande en ambre blanc (la substance contenue dans le melon des cachalots) pour faire des bougies, des savons, des lubrifiants, et des produits cosmétiques, la chasse a démarré. On a d'abord utilisé des sloops pour chasser ces cétacés, ces bateaux portaient deux petites embarcations qui servaient à la poursuite du cachalot et au harponnage.
Le taux de réussite était assez faible... Et les hommes ne sortaient pas toujours vainqueurs du combat.
Les survivants des rares baleiniers qui eurent le courage ou l'inconscience de s'attaquer au cachalot avec un simple petit bateau et un harpon revinrent avec des récits tels qu'il fallut attendre l'évolution des techniques (bateaux plus gros, plus manoeuvrables, canons propulsant le harpon) pour que des hommes parmi les plus rudes et les plus durs au mal deviennent chasseurs de cachalots.

Le cachalot en voit de toutes les couleurs

Collier d’ambre jaune
Collier d’ambre jaune

A la fin du 19ème et au 20ème siècle, 1 000 000 de cachalots sont tués pour commercialiser l'ambre.

Ambre jaune, ambre blanc, ambre gris. Voici trois dénominations bien mal choisies car elles désignent des produits complètement différents.
L'ambre, aussi appelé ambre jaune, est une résine de végétaux fossilisée, utilisée pour fabriquer des bijoux. C'est dans cette résine que l'on trouve fréquemment des insectes prisonniers depuis des millions d'années.
L'ambre blanc, est un produit visqueux composant le melon des cétacés et trouvé en grande quantité chez le cachalot. Il est utilisé comme lubrifiant et entre dans la fabrication de nombreux produits.
L'ambre gris, se forme dans les intestins des cachalots autour des fragments mal digérés de ses proies comme les becs de calmars géants (la couleur grise vient des restes d'encre de "seiche" qui ne sont pas complètement digérés). C'est un fixateur utilisé en parfumerie et il développe, une fois à l'air, un parfum musqué, prononcé et tenace. L'ambre gris se trouve parfois dérivant à la surface de l'eau.

Ambre gris © Peter Kaminski
Ambre gris © Peter Kaminski

Dans les années 1860, de nouveaux lubrifiants ont remplacé l'ambre blanc, ce qui sauva sûrement des centaines de milliers de cachalots.
La pêche a décliné à partir de 1880, mais elle a repris de plus belle après la deuxième guerre mondiale, cette fois sans laisser une seule chance aux cétacés. Les navires surpuissants et les harpons explosifs ont entrainé un taux de réussite redoutable, l'essentiel des cachalots tués dans l'histoire de la chasse de la baleine l'ont été de 1946 à 1980.

Tranquille comme un cachalot ?

Tranquille comme un cachalot
Tranquille comme un cachalot

De nos jours, l'espèce est protégée dans le monde entier et la chasse presque totalement terminée. La commission baleinière internationale a décidé d'interrompre la chasse sur cette espèce en 1985. Le Japon prélève 10 cachalots par an, et on sait que des dizaines de cachalots ont été chassés jusqu'en 2006 en Indonésie, mais dans l'ensemble, les stocks de cachalots sont en bon état, une situation enviable en comparaison de nombreux cétacés.
On estime qu'il existe des centaines de milliers de cachalots de par le monde, mais leur nombre exact est évidemment impossible à établir.

C'est une nouvelle presque inespérée, quand on sait que le nombre de cachalots tués est estimé à 1 million dans toute l'histoire de la chasse de cet animal (depuis la fin du 19ème siècle). L'espèce est cependant considérée comme vulnérable par l'UICN.

On notera aussi que le cachalot n'est pas menacé par la surpêche des poissons par l'homme, le cachalot se nourrit surtout de céphalopodes des profondeurs, qui ne sont pas encore recherchés par les pêcheurs professionnels. Il n'y a donc pas de compétition sur la ressource, du moins dans ce sens là. Néanmoins certains ligneurs se plaignent que des cachalots prennent l'habitude de se nourrir sans efforts mais avec adresse en volant les poissons pris sur les lignes.

Etymologie

Il sonde
Il sonde

Le nom commun cachalot est d'origine douteuse, mais l'explication la plus probable est qu'il dérive du terme portugais "cachalotte", terme qui fait référence à la grosse tête de l'animal. On a aussi suggéré que cachalot vienne du terme basque "cachau" signifiant dent, en référence à la denture impressionnante de ce cétacé.

Pour le nom scientifique, le nom de genre Physeter fait référence à la respiration par l'évent. Il provient du grec "physa", pour bulle d'air. De ce terme vient "physeter", qui désigne par onomatopée le souffle de la baleine, et ultérieurement l'évent. Linné utilisa ensuite directement ce terme pour le nom de genre du cachalot.

Le nom scientifique d'espèce macrocephalus veut aussi dire "grande tête", ce qui décidemment est très approprié pour le cachalot.

Notons l'origine intéressante de la dénomination anglaise du cachalot, "sperm whale". Elle vient de l'ambre blanc, cette substance visqueuse du melon, présente en très grande quantité chez le cachalot. Cette substance avait été confondue avec du sperme. L'ambre blanc fut longtemps appelé "spermaceti", c'est encore le mot qui le désigne en anglais.

Ambre vient d'un mot arabe "an bar" qui signifie ambre gris.

Les synonymes
Pas de synonymes. Il faut cependant noter que Linné avait donné deux noms à cette espèce, Physiter macrocephalus et Physiter catodon. Les synonymes ne pouvant exister en nomenclature scientifique, on utilise la règle de priorité, et on choisit le nom le plus ancien. Physiter macrocephalus dans ce cas.

Légendes et faits

Navire Essex envoyé par le fond par un cachalot
Navire Essex envoyé par le fond par un cachalot

Les cachalots se retournent-ils contre les bateaux qui les attaquent ?
C'est arrivé, avec des conséquences parfois désastreuses.
Les naufrages de l'Essex et de l'Ann Alexander sont ainsi particulièrement documentés. Ces deux incidents sont à l'origine du roman d'Herman Melville, Moby Dick. Dans les deux cas, l'animal harponné s'est rué sur le navire et a enfoncé la coque, entrainant le naufrage. Dans le cas de l'Essex, il n'y eut que 8 survivants chez les 21 membres de l'équipage. Le cachalot qui a détruit ce bateau a été estimé à 26 mètres.
26 mètres c'est plus grand que les cachalots connus actuellement. Il faut rappeler qu'avant la période de pêche moderne, c'est-à-dire la deuxième moitié du 20ème siècle, il y avait de nombreux mâles âgés, de taille gigantesque. On retrouvera sûrement de tels spécimens dans quelques décennies...

Où rencontrer des Cachalots ?

Il existe des zones côtières connues pour être fréquentées par les cachalots, par exemple les Açores, les alentours de Saint-Domingue (où l'on trouve un groupe de femelle résidant en permanence), mais aussi la Norvège et de l'autre côté de la planète, la Nouvelle Zélande. Dans l'ensemble, cet animal explorant les eaux profondes et étant souvent en plongée, est plus difficile à voir que les autres cétacés de sa taille, notamment les baleines à fanons.



Article réalisé par Arnaud Filleul et Jean-Pierre Fleury.