Un cétacé... des cétacés

Echouage d'une baleine, c'était déjà un événement pour la presse il y a une centaine d'années
Echouage d'une baleine, c'était déjà un événement pour la presse il y a une centaine d'années
L'histoire d'un retour à la mer après une tentative de vie terrestre sûrement pour alléger le poids de la démesure...


L’évolution des cétacés est extrêmement complexe et toujours sujette à discussion

On est sûr que tous les cétacés actuels proviennent d'un ancêtre commun. On sait également que les cétacés sont un exemple de retour à la vie aquatique et qu'ils ont des ancêtres terrestres. Les archives fossiles suggèrent que la réadaptation à la vie aquatique a débuté il y a 50 millions d'années. Traditionnellement, on distingue deux groupes dans les cétacés actuels : les cétacés à dents ou odontocètes et ceux à fanons ou mysticètes. Dans le premier groupe se trouvent les dauphins, les marsouins, les orques, le narval, le bélouga, les cachalots et bien d'autres.

Dans le deuxième, on trouve 11 espèces, toutes de grande taille, caractérisées par l'absence de dents mais la présence d'une bouche démesurée bordée de fanons, de grandes formations kératineuses qui permettent de filtrer l'eau et de retenir les petits animaux qu'elles consomment. Si on est sûr que toutes les baleines à fanons sont étroitement apparentées, les discussions continuent sur les relations de parentés des odontocètes.

Mâchoire de baleine à fanons
Mâchoire de baleine à fanons

Une affaire de familles
Certains chercheurs suggèrent que tous les cétacés à dents sont proches parents alors que d'autres pensent que certaines espèces de cétacés à dents pourraient être plus apparentées aux baleines à fanons. Nous gardons ici la classification habituelle, c'est-à-dire le regroupement de tous les cétacés à dents au sein des odontocètes.

Une queue de cétacé
Une queue de cétacé

Les cétacés partagent de nombreux caractères anatomiques, conséquence de leur ancestralité commune. Ils ont tous un corps hydrodynamique propulsé par une puissante queue aplatie et orientée dans le plan horizontal, au contraire des poissons dont la nageoire est verticale. La queue des cétacés n'est faite que de tissus mous, il n'y pas de structure osseuse soutenant ses lobes. Les membres antérieurs sont transformés en larges palettes natatoires alors que les membres postérieurs ont disparu ou sont vestigiaux, le bassin étant lui-même très réduit.
Preuve de leur origine terrestre, la structure osseuse interne des palettes natatoires ressemble fortement à une main. Néanmoins, les doigts n'apparaissent pas de l'extérieur. La tête est grande en comparaison du corps et comme le cou est très court, ses mouvements sont restreints.

Elle souffle !!!

Baleine soufflant
Baleine soufflant

Les cétacés sont des mammifères et ne peuvent pas respirer l'oxygène dissous dans l'eau car ils n'ont pas de branchies. Ils respirent l'oxygène atmosphérique au moyen de narines transformées en un orifice dorsal simple ou double, l'évent. La respiration des cétacés est contrôlée et non pas automatique comme la nôtre. Ce sont d'ailleurs des champions de la plongée en apnée, le cachalot pouvant tenir plus de deux heures sans respirer, et descendre à 2 500 mètres de profondeurs. Comme on peut s'en douter, les poumons et l'appareil circulatoire sont extrêmement performants.

Taillée pour nager

Baleine et son baleineau
Baleine et son baleineau

L'aptitude à la nage est accrue par l'absence de toutes aspérités sur le corps. Ainsi les oreilles sont réduites à un simple orifice, le pénis du mâle demeure à l'intérieur du corps hors de la reproduction et les mamelles de la femelle sont protégées par une poche.

Les cétacés ont un temps de gestation long (de 9 à 18 mois) et le petit reste très longtemps avec ses parents pour apprendre la vie sociale et les méthodes de chasse. La femelle l'allaite pendant un an en moyenne.

Enfin, ce sont des animaux intelligents, dont la taille du cerveau en comparaison du poids du corps est supérieure à la nôtre, et ils sont souvent considérés comme les créatures les plus intelligentes après les primates.

Un sonar vivant

Les cétacés ont développé une perception des sons particulière, qui est différente chez les odontocètes et les mysticètes. Les baleines à dents sont capables d'écholocation. Elles envoient des sons à hautes fréquences et les recevant en retour, notamment grâce à leur melon, lorsqu'ils percutent un obstacle. Cette capacité à percevoir leur environnement aquatique, même dans des conditions d'obscurité complète, est la conséquence de transformations profondes de l'oreille interne, organe particulièrement étudié par les chercheurs. Les mysticètes ne sont pas capables d'écholocation mais peuvent au contraire percevoir des sons à très basses fréquences. Ces sons se propagent extrêmement loin, permettant aux baleines à fanons de communiquer à très grande distance (centaines de kilomètres).

Les mysticètes

La baleine bleue est le représentant le plus spectaculaire des mysticètes.

Les odontocètes

Le grand dauphin appartient au groupe des odontocètes, ou cétacés à dents. C'est un groupe plus diversifié et plus riche que celui des mysticètes.
Avec 68 espèces, les odontocètes offrent des animaux aux morphologies assez hétérogènes et de tailles très différentes. La plus grande espèce du groupe est le cachalot, avec 18 mètres et 50 tonnes. Sa morphologie et ses moeurs sont singulières et la silhouette de cet animal est rentrée dans l'imaginaire de chacun, notamment avec le célèbre "Moby dick".

Tous ces animaux ont des dents mais leur nombre varie de 2 à 260 selon les espèces. Elles sont coniques et ne présentent pas de cuspides (crêtes du sommet des dents). Toutes identiques, elles sont dites homodontes.
Une des caractéristiques du groupe est la présence d'une zone graisseuse dans la partie la plus antérieure de la tête appelée melon. Au contraire des mysticètes, le crâne ne présente pas une symétrie bilatérale parfaite. Autre différence, l'évent n'est formé que par un seul orifice. Plus sociaux que les mysticètes, les cétacés à dents peuvent former de larges bancs et chassent souvent en groupe. Ils consomment essentiellement des poissons téléostéens et des céphalopodes mais les mammifères marins, y compris les autres baleines, sont également attaqués. Ces animaux sont capables de communiquer grâce à une grande variété de sons incluant des sifflements et des sons courts appelés "clicks".

Au contraire des mysticètes qui sont exclusivement marins, certains cétacés à dents habitent les eaux douces. D'autres les fréquentent occasionnellement.

Les familles d’odontocètes

Cachalot
Cachalot

Les physétéridés
On compte neuf familles de cétacés à dents :
Cette famille contient le célèbre cachalot, Physeter catodon, et deux autres espèces du genre Kogia qui ressemblent à ses cachalots miniatures. Certains auteurs élèvent le genre Kogia au rang de famille mais l'étroite parenté et la ressemblance avec le cachalot ne justifie pas cette séparation en deux familles. Le cachalot se reconnaît immédiatement à son melon démesuré et sa longue mâchoire inférieure, fine mais très fortement dentée. La tête représente 35 % de la longueur totale du corps et son melon contient le précieux ambre blanc recherché par les baleiniers, à ne pas confondre avec l'ambre gris qui se forme dans les intestins du cachalot. Comme chez les mysticètes, le melon servirait à augmenter les performances de l'écholocation.

Plataniste du Gange
Plataniste du Gange

Les platanistidés, les lipotidés, les pontoporidés et les iniidés
Ces quatre familles regroupent les dauphins d'eau douce. Certains auteurs pensent que tous ces animaux devraient être placés dans une unique famille des platastinidés, mais les recherches moléculaires ont montré que le placement en quatre familles était plus justifié. Ces dauphins ont en commun la présence d'un rostre effilé et d'une tête bulbeuse. Le cou permet une articulation de la tête nettement supérieure aux autres cétacés. Les yeux sont petits, voire atrophiés, vraisemblablement une conséquence de la vie en eau turbide. Ce sont des animaux assez étranges dont l'apparition provoque souvent un effet de surprise. Voir un dauphin de l'amazone, de couleur nettement rose, surgir des eaux sombres de ce fleuve pour chasser un banc de piranhas est un moment inoubliable.

Hyperoodon
Hyperoodon

Les ziphiidés, ou baleines à bec

(Il est amusant de souligner que l'illustrateur a placé les deux uniques dents sur la mâchoire supérieure alors qu'en réalité, elles se situent sur la mâchoire inférieure.)

Elles sont également caractérisées par un rostre long et étroit. Ce sont des baleines de taille moyenne pouvant atteindre 13 mètres pour la plus grande espèce. La tête est bulbeuse est sa forme est intermédiaire entre celle des platistinidés et celle des delphinidés. Leurs mâchoires portent des dents en nombre assez faible, la plupart des espèces n'ont même que deux dents à la mâchoire inférieure, la mâchoire supérieure étant édentée. Ils sont parmi les cétacés les moins bien étudiés et leurs moeurs sont mal connues. On sait qu'ils sont bons plongeurs et se nourrissent essentiellement de céphalopodes. En Europe, on peut rencontrer des représentants de la famille comme le ziphius de cuvier et les mésoplodon.

Narval
Narval

Les monodontidés
Ils regroupent deux espèces étonnantes, le narval et le bélouga. Les bélougas, encore appelé baleine blanche. Ils vivent dans les hautes latitudes de l'océan arctique. Ils apprécient aussi les rivières qui se jettent dans cette zone, comme le Saint-Laurent au Canada. Ce sont des animaux de taille moyenne (quatre à six mètres) très facilement reconnaissables à la couleur très claire de leur robe. A ne pas confondre avec les esturgeons bélouga, les amateurs de caviar seraient déçus. Le narval (la licorne de mer) se reconnaît immédiatement à son immense dent spiralée qui se projette très en avant, rappelant l'image de la licorne. Le narval n'a que deux dents. Celle du côté gauche, qui prend cette forme inhabituelle et unique, se termine antérieurement de façon très abrupte et sa robe présente des marbrures blanches et noires.
Chez les deux espèces, la communication est active et bruyante, les sons produits par le bélouga étant particulièrement perçants. Enfin, l'absence de nageoire dorsale est un caractère notable de la famille.

Marsouin
Marsouin

Les phocoenidés
Ce sont les marsouins, des cétacés de taille petite à moyenne, le plus grand atteignant 2,20 mètres. Ce sont de proches parents des dauphins dont ils se distinguent par un melon développé donnant à la tête une allure plus globuleuse et une extrémité abrupte. Les marsouins sont des prédateurs de poissons, ils sont parfois aperçus le long des côtes françaises où ils pourchassent notamment les bancs de maquereaux. Ils étaient il y a encore 50 ans très nombreux sur notre littoral qu'ils ont maintenant tendance à déserter.

Globicéphale
Globicéphale

Les delphinidés
Il s'agit de la plus grande famille de Cétacés, avec 32 espèces et beaucoup d'entre elles sont toujours peu connues. Elle contient les dauphins, les céphalorhynques, les globicéphales (ils sont encore chassés de façon "traditionnelles" aux Iles Féroé) et l'extravagant orque-épaulard, aussi appelé baleine tueuse. Beaucoup d'autres espèces moins connues sont incluses dans ce groupe très hétérogène tant du point de vue de la morphologie que des moeurs.

Trois dauphins à connaître

Pour une première approche, on peut retenir trois espèces importantes. La première est le grand dauphin (tursiops truncatus), le plus commun des dauphins. La seconde est le dauphin commun (delphinus delphis), à la forme hydrodynamique et au patron de coloration très caractéristique. La troisième est le dauphin rose de l'Amazone, espèce extraordinaire adaptée à la vie dans les eaux turbides des bassins de l'Amazone et de l'Araguaia.



Article réalisé par Arnaud Filleul.