Cobra... et cobras

Cobra crachant son venin
Cobra crachant son venin
Les cobras ou najas, sont maîtres dans l'art de la dissuasion et de l'attaque fulgurante.


Traits communs aux différentes espèces de cobras

Les cobras ou najas sont des reptiles de la famille des élapidés, famille qui regroupe les serpents les plus dangereux du monde. Ne pas confondre avec les crotales qui sont des vipéridés. Il en existe 300 espèces parmi lesquelles les mambas et les serpents-corail.

Le mot cobra est un mot d'usage récent dans la langue française, il apparait dans le Larousse de 1910 avec pour définition : cobra ou cobra capello, nom vulgaire des serpents venimeux du genre naja.

Naja est un mot d'origine ceylanaise. Il désigne un reptile ophidien des régions chaudes d'Afrique et d'Asie. Les najas, dits aussi cobras, hajes ou serpents à lunettes, atteignent parfois 4 m de longueur et sont extrêmement venimeux. Ils font périr chaque année des milliers de personnes surtout dans les Indes.

Ils sont extrêmement dangereux, leur venins, qui paralyse le système respiratoire, est capable, en ce qui concerne le cobra royal, de tuer un éléphant.

Les cobras sont des serpents des régions intertropicales des continents asiatique et africain.

Ils ont comme particularité de pouvoir à la demande dilater leurs côtes cervicales et d'en faire une coiffe. C'est sur cet appendice qu'apparait le dessin de lunettes chez le cobra à lunettes et un losange vertical blanc chez le cobra à monocle.

Le docteur Chenu, dans son Encyclopédie d'Histoire naturelle (1883), souligne leur faculté à dilater leur cou : "Quand l'animal est au repos, le cou n'a pas plus de diamètre que la tête. Mais, sous l'influence de passions et quand il est irrité, il le distend rapidement, puis aussitôt que le danger cesse, cette sorte de membrane se resserre, se plisse sur elle-même. Les côtes se replacent successivement et parallèlement sur elles-mêmes le long de la colonne vertébrale. Quand ils sont dressés, ils maintiennent ainsi une partie de leur corps debout à un mètre du sol, comme une verge inflexible. L'autre partie posant sur le sol et servant de point d'appui, est mobile et permet la locomotion dans cette position. Ainsi dressés, ils sont des javelots prêts à partir avec une vitesse fulgurante".

Les cobras, comme tous les autres serpents, sont sourds
Les cobras, comme tous les autres serpents, sont sourds

Insensibles à la musique
Comme tous les serpents, n'en déplaise aux charmeurs de serpents, les cobras sont sourds.
Ils sont munis de capteurs de températures et de champs électromagnétiques qui leur permettent de détecter une souris immobile et silencieuse dans la nuit la plus profonde.

Ils sont ovipares. Ils pondent une vingtaine d'oeufs devant lesquels les femelles montent souvent la garde et parfois même les couve.
Ils vivent au sol et font des terriers.

Les différentes espèces de cobra

Cobra royal
Cobra royal

Le cobra royal (ophiophagus hannah)
Le plus grand de tous, il peut mesurer jusqu' à 5,80 m. Il est de couleur jaune verdâtre avec des rayures foncées peu marquées sur la face interne du cou.

Il pèse jusqu'à 10 kg. "Debout", il est aussi grand qu'un homme.

Son venin qui est un neurotoxique, est moins efficace que celui de serpents plus petits mais il est capable d'en secréter et d'en inoculer une quantité énorme ; de quoi tuer un buffle, un éléphant ou une petite armée d'une vingtaine d'humains.

Il est très agressif dans la défense de son territoire.

En Inde et en Thaïlande, les laboratoires fabriquent des contrepoisons efficaces mais en quantité insuffisante.

C'est un serpent diurne doté d'une vue excellente. Il est mangeur de serpents et son nom latin ophiophagus en atteste.

Il est ovipare. La femelle, c'est exceptionnel chez les serpents, couve ses oeufs pendant que le mâle surveille les alentours. Les petits qui naissent après 70 jours d'incubation mesurent une cinquantaine de centimètres. Quelques jours avant l'éclosion les parents quittent le nid et laissent les petits venir au monde seuls. C'est une façon de les protéger. Les adultes qui savent être des mangeurs de serpents préférant s'éloigner plutôt que d'être tentés de boulotter leur progéniture.

Serpent à lunettes
Serpent à lunettes

Le naja baladin ou serpent à lunettes ou à coiffe
Le naja-naja des nomenclatures actuelles. C'est un serpent au cou très dilatable, très variable pour la couleur, d'un jaune-brunâtre, plus pâle en dessous, le plus souvent portant une paire de lunettes. Il paraît n'habiter que les terres chaudes des Indes.

Il dilate ses côtes pour paraitre plus gros aux yeux de ses agresseurs. Les lunettes qui y apparaissent figurent des yeux énormes. Ce stratagème des ocelles est également utilisé par les papillons, il permet de sembler être un adversaire beaucoup plus gros qu'ils ne sont en réalité. Sa taille n'excède pas 200 cm.

C'est lui le serpent des charmeurs de serpents. Affaibli par les mauvais traitements, les crochets à venin arrachés, il est censé être subjugué par les pseudos pouvoirs d'un charlatan, danser en entendant le son d'une flûte. Tout cela n'est que supercherie ! N'étant pas pourvu d'organes de l'audition, il peut au mieux pour éviter encore plus de sévices, suivre en se balançant les mouvements de son tortionnaire.

C'est lui également que l'on montre se battant avec une mangouste. L'issue de ces combats est toujours la même : c'est toujours la sympathique petite bestiole qui gagne. D'abord et c'est normal parce qu'elle est pourvue d'une technique de combat et d'une vitesse extraordinaires mais aussi parce que le serpent est affaibli par sa captivité. La mangouste n'étant pas immunisée au venin de cobra, l'issue est moins systématique dans la nature.

Les lunettes qu'il porte sont un don que Shiva lui a fait pour l'avoir protégée du soleil.

Cobra d'Egypte
Cobra d'Egypte

L'haje ou aspic ou cobra d'Egypte (naja haje) (à ne pas confondre avec la vipère aspic qui est très courante en France, au sud de la Loire)
Elle a un cou moins dilatable que l'espèce précédente. Ce serpent est d'une teinte verdâtre et sans marque de lunettes sur le dos. Le dessous est très coloré ou marqué de bandes transversales. Il est plus petit que le précédent. Il se trouve en Israël, en Afrique méridionale et orientale, et n'est surtout pas rare en Egypte.

C'est eux que l'on peut voir sur la place Djama el Fna à Marrakech, au Maroc. Ces serpents sont présentés comme les najas en Indes. Ceux qui les "charment" sont des membres d'une confrérie religieuses, les Aissaoui, célèbres pour leur exorcisme du feu et leur maîtrise des serpents.

Il peut mesurer jusqu'à 4 m.

En Egypte, il a longtemps été toléré dans les champs car il détruit une grande quantité des rongeurs et d'oiseaux qui s'attaquent aux récoltes.

Pendant l'antiquité, il était l'oeil de Râ, le dieu du soleil.

Il est l'instrument par lequel Cléopâtre se donna la mort.

Le cobra cracheur vise les yeux de ses adversaires
Le cobra cracheur vise les yeux de ses adversaires

Le cobra cracheur (naja nigricolis)
Il garde les prédateurs à distance en crachant son venin à plus de 2,20 m. Ses crochets creux ainsi que de puissants muscles situés à l'arrière de la gueule agissent comme une seringue et propulse le venin en visant les yeux de l'adversaire pour le rendre aveugle.

C'est un africain qui vit partout au sud du tropique du Cancer, sauf en Afrique du sud.

Il mesure 2,20 m.

C'est le plus foncé des cobras. Sa tête ainsi que son dos sont noirs. Il a des bandes jaunes orangées sur la face ventrale.

Cobra à monocle
Cobra à monocle

Le cobra à monocle (naja kaouthia)
Il est de couleur grise et de taille moyenne. Il se signale surtout par le monocle en forme de losange qu'il montre sur la face dorsale de son cou quand il dilate ses côtes cervicales.

Il vit en Afrique du sud.
 

Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.

Cet article a recueilli 3 avis. 67% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".