Grippe A : les vaccins et la vaccination

Les vaccins et la vaccination contre la grippe A
Les vaccins et la vaccination contre la grippe A
Le vaccin est le principal moyen de prévention contre les infections et notamment la grippe. Il permet au corps humain de stimuler la production d'anticorps et de l'immuniser contre le virus. Le vaccin fait partie du plan Pandémie Grippale.


Préparation et fabrication d’un vaccin

Il faut compter un délai de 4 à 6 mois en moyenne entre la découverte d'un virus de la grippe et la diffusion du vaccin antigrippal. Comme pour les médicaments, c'est le temps nécessaire pour mettre au point le dosage du vaccin, le produire en culture, effectuer des tests cliniques pour contrôler l'efficacité et la tolérance du vaccin et enfin, obtenir les autorisations de mise sur le marché.

Deux types de vaccins contre la grippe A

Les laboratoires pharmaceutiques utilisent deux méthodes pour produire le vaccin contre la grippe A H1N1. La première méthode consiste à créer entièrement le vaccin. La seconde consiste à en réadapter un précédemment conçu. On parle alors de vaccin « mock-up » ou vaccin maquette.
Le vaccin antigrippal A H1N1 est ainsi produit à partir du vaccin conçu teur lutter contre la grippe aviaire H5N1.

Population à risque

Le taux de décès estimé pour la grippe saisonnière est de 1 pour 1000, le plus souvent dû à une surinfection bactérienne à pneumocoques. Pour la grippe A, l'OMS (Organisation Mondiale de la santé) estime que le taux de décès pour la grippe A H1N1 pourrait atteindre 2-3 pour 1000.

Les cas de décès pour la grippe saisonnière concernent principalement les personnes âgées ou celles ayant une pathologie chronique (diabète, insuffisance respiratoire, ...). Or, pour la grippe A, il semble que les personnes âgées entre 20 et 30 ans soient plus facilement touchées. D'après une étude américaine, les personnes âgées de plus de 60 ans seraient probablement immunisées contre la nouvelle grippe car susceptibles d'avoir rencontré par le passé une forme de grippe similaire. De plus, elles vivent de manière plus isolée. Cependant, elles sont plus sensibles aux complications que peut engendrer la grippe.

Les femmes enceintes sont plus facilement touchées par toutes les infections car leur système immunitaire est moins réactif. Il n'y a pas de risque pour le foetus in utero mais, si la mère est atteinte de la grippe au moment de l'accouchement, l'enfant peut également être touché.

Qui est concerné par la vaccination ?

En France, la vaccination systématique n'est pas encore prévue tant que l'on ne dispose pas de plus d'information sur la virulence de la grippe A. L'approvisionnement en vaccin sera progressif et sa diffusion nécessitera un ordre de vaccination proposé par le Haut Conseil de santé publique (HSCP) et validé par le Ministère de la Santé.

Seront concernés en priorité les professionnels de la santé et les personnels de secours, qui sont les plus proches des malades et donc les plus exposés, ainsi que les personnes jugées vulnérables.

Comment se faire vacciner ?

Les autorités sanitaires mettront en oeuvre une répartition du matériel nécessaire à la vaccination de la population et diffusera une campagne d'information.

Pour être vacciné, il ne sera pas nécessaire d'avancer les frais du vaccin.

Et la grippe saisonnière ?

Les souches de la grippe A et de la grippe saisonnière sont différentes et nécessitent deux vaccins différents. Le vaccin contre la grippe saisonnière ne protège pas contre la grippe A H1N1 et inversement.

Il est possible de cumuler les deux vaccins mais pas sur une période similaire.

Les réserves françaises de vaccins antigrippaux

La France serait en mesure de vacciner 25 millions de personnes à raison de deux doses à trois semaines d'intervalle.

50 millions de vaccins auraient été commandés à GSK, 28 millions à Sanofi et 16 millions à Novartis, pour une somme d'un milliard d'euros. Soit un total de 94 millions de vaccins.

Les premiers vaccins devraient être disponibles dès l'automne 2009.

Les risques

Le risque le plus important est le possible retard de livraison lié aux délais courts dont ont disposé les laboratoires pour mettre au point un vaccin efficace.

Si jamais vous avez des questions concernant votre état de santé, n'hésitez pas à consulter votre médecin traitant habituel.