Maladies auto-immunes et dosage de protéine C réactive

Par : Sonia Renar - Dernière modification : 27 septembre 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |

Pour compléter votre lecture :

 Maladie auto-immune et CRP © Akane700 / Wikimédia Commons.

Maladie auto-immune et protéine C réactive © Akane700 / Wikimédia Commons.

La protéine C réactive ou CRP est un marqueur biologique, synthétisé par le foie, que l'on retrouve dans le plasma sanguin en présence d'un certain nombre de maladies. Son dosage est demandé par le médecin dans plusieurs cas. Loin de servir à établir à lui seul un diagnostic, il reste cependant un bon indicateur de la présence d'une infection ou d'une maladie inflammatoire. Il est également utile dans la surveillance de nombreuses autres pathologies.


Symptôme d'une inflammation

Son taux normal est de 6 milligrammes par litre de sang. Un dosage plus élevé met le plus souvent en évidence un processus inflammatoire. En effet, lors des réactions inflammatoires ou en présence d'une infection, le corps se met à fabriquer cette protéine qui a pour rôle d'activer les défenses immunitaires de l'organisme. Sa présence dans le sang signifie que le corps essaie de réveiller ses mécanismes de défense. Le taux de protéine C réactive est élevé au début de l'inflammation mais tend à diminuer rapidement à mesure que l'inflammation est soignée. La protéine C réactive est le meilleur indicateur de l'inflammation aigüe. 

Protéine C réactive et maladies auto-immunes

Une maladie auto-immune est un dérèglement du système immunitaire. C'est une pathologie au cours de laquelle le corps, ne distinguant plus entre ses propres cellules et un corps étranger, se met à fabriquer des anticorps qui vont attaquer ses propres cellules. En présence d'une telle maladie, le taux de protéine C réactive augmente et devient supérieur à la normale. On retrouve habituellement des dosages élevés en présence des maladies suivantes :

  • le diabète de type 1 (insulino-dépendant) ;
  • l'obésité ;
  • la maladie de Crohn ;
  • les rhumatismes articulaires aigüs ;
  • la polyarthrite rhumatoïde ;
  • la spondylarthrite ankylosante ;
  • le lupus ;
  • la thyroïdite (Hashimoto et Basedow) ;
  • la sclérose en plaques ;
  • le vitiligo ;
  • les maladies inflammatoires pelviennes.

Indicateur de maladies cardio-vasculaires

Le dosage de cette molécule sert également d'indicateur dans d'autres maladies. Il est particulièrement utile dans les cas de maladies cardio-vasculaires. En effet, le corps fabrique également cette protéine en présence d'un risque d'athérome vasculaire, c'est-à-dire d'un dépôt de graisse sur les parois internes des artères. Par ailleurs, on retrouve cette molécule en dosage très élevé dans les cas de tuberculose pulmonaire, et dans certains cancers comme la leucémie (cancer du sang) ou le cancer du pancréas. 

Il est à noter que la prise d'anti-inflammatoires ne diminue pas le dosage de la protéine C réactive dans le sang.

Retrouvez sur Google+

 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr