Audition : comment prévenir le risque d'acouphènes ?

Article mis à jour le 

Jeudi 13 mars, c'est la journée nationale de l'audition. À cette occasion, tour d'horizon d'une pathologie à la fois méconnue du grand public et souvent largement sous-estimée : les acouphènes.

Selon un sondage Ipsos commandé par l'association Journée Nationale de l'audition et daté du 4 mars, l'audition ne serait aujourd'hui que la quatrième source d'inquiétude des Français en matière de santé. Pour son édition 2014, la journée nationale de l'audition se penche sur le phénomène des acouphènes, qui pourrait toucher jusqu'à 16 millions de personnes en France, contre 2,57 millions, d'après les précédentes estimations. Parmi les 16 millions, pas moins de 3,7 millions de cas seraient permanents. C'est du moins ce que les projections issues du sondage Ipsos, menées en février auprès de 900 personnes de 16 à 75 ans, mettent en lumière.

Pour rappel, les personnes touchées par les acouphènes entendent des sons parasites non pas relatifs à leur environnement extérieur, mais à un dysfonctionnement de leur système nerveux auditif.

Quid des effets des acouphènes ?

88 % des personnes sondées estiment que les acouphènes sont gênants, surtout pour la concentration (81 %) et la compréhension (78 %). Problème : l'acouphène est presque incorrigible. Des recherches sont cependant réalisées car les personnes concernées ont tendance à se replier sur eux-mêmes, à devenir agoraphobes. Certains cas iraient même jusqu'au suicide, à force d'irritabilité, d'anxiété et de dépression.

Comment savoir si l'on est acouphénique ?

Le mal se fait sentir au moment où l'on s'aperçoit que l'on entend quelque chose que les autres n'entendent pas. Les plus chanceux (29 %) voient le phénomène disparaître au bout de deux jours. Néanmoins, dans la plupart des cas, il n'en est rien. Si le dérèglement est au départ léger, celui-ci peut s'aggraver dans le cas d'une mauvaise hygiène de vie. Il existe d'ailleurs différents troubles acouphéniques : sur les 26,74 % de personnes interrogées, les acouphènes se produisent sporadiquement. Cependant, les acouphènes doivent être différenciés de l'hyperacousie (hyper sensibilité au bruit, pour laquelle des traitements sont possibles).

Comment faire face aux acouphènes ?

Pour les personnes touchées par un acouphène limité, uniquement perceptible dans le silence, les audioprothésistes conseillent de s'endormir avec une petite musique ou un sédatif. Mais pour les cas plus graves, il faut aussitôt s'orienter vers un médecin ORL. Malheureusement, aucun traitement n'est prescrit, de manière générale. D'après le sondage Ipsos, plus de la moitié des personnes dans ce cas ayant fait appel à un spécialiste n'ont ainsi obtenu aucun conseil et aucune prescription. Pourtant, comme le met en évidence le comité scientifique de la Journée Nationale de l'audition, des solutions ont été mises au point pour soulager les patients. Au programme : des aides auditives, un accompagnement psychologique et des médicaments.

Certains patients optent quant à eux pour la mésothérapie (injection locale de médicament), l'hypnose ou encore l'acupuncture. À noter que pour les personnes se tournant vers l'appareillage, il faudrait compter entre 590 et 2 000 euros par appareil, l'idéal étant d'en posséder deux.

Quelle prévention ?

Il est très difficile de prévoir la naissance des acouphènes. Soit elles apparaissent sous l'effet d'un traumatisme de l'oreille, exposée à des bruits violents (concert, discothèque, etc.), soit par exemple sous l'influence de médicaments comme les antibiotiques. L'une des solutions pour se protéger est notamment de prendre soin de soi. Malheureusement, il n'existe aucun traitement ou médicament permettant d'augmenter la résistance de l'oreille…

Sources : audition-infos, ouest-france