Des baguettes chinoises connectées pour lutter contre la malbouffe

Article mis à jour le 

Baidu, le moteur de recherche chinois, travaillerait actuellement à la mise au point d’une nouvelle technologie de baguettes à même de calculer entre autres les informations nutritionnelles des aliments. Nom de code : Kuaisou.

Habituellement, les baguettes chinoises sont surtout connues pour servir à faire transiter de la nourriture depuis notre assiette jusqu’à notre bouche. Mais à l’instar des fourchettes connectées, comme Kolibree, celles-ci sont sur le point d’étendre considérablement leurs possibilités. Très prochainement, elles seront en effet programmées pour repousser les limites du possible.

Ainsi, le moteur de recherche chinois Baidu planche en ce moment sur une nouvelle technologie pour baguettes baptisée Kuaisou. Au programme de ce nouveau dispositif : un appareil capable de calculer les niveaux de pH, la température de la nourriture ou encore les informations nutritionnelles. Mieux : des baguettes équipées d’un tel système pourraient également évaluer la fraîcheur des huiles, ce qui permettrait alors d’éviter la consommation d’aliments périmés ou avariés, tel que l’huile de cuisson.

Un appareil indispensable pour éviter les mauvaises surprises ?

Depuis quelque temps, il n’est pas rare que certains chefs chinois fassent l’objet de vives critiques, notamment à cause de l’huile de friture qu’ils utilisent dans leurs plats. Or, à ce titre, les fameuses baguettes intelligentes pourraient s’avérer d’une aide précieuse pour éclairer les consommateurs et les détourner des aliments dissimulés comme les colorants. Mieux : le décompte des calories leur fournirait un bon indicateur pour lutter contre l’obésité. D’autant plus que la Chine est fortement touchée par le phénomène, depuis quelques années.

À noter que les baguettes devront nécessairement être utilisées en parallèle d’une application smartphone. Pour l’heure, aucune information n’a filtré quant à une éventuelle disponibilité, et le prix n’a pas encore été divulgué. Affaire à suivre.

Sources : topsante, pourquoidocteur