Ces centaines de tonnes de déchets que nous envoyons sur la Lune

Article mis à jour le 

Le site internet du magazine américain The Atlantic vient de révéler que les agences spatiales ont pour habitude d'envoyer leurs différents robots et satellites sur la Lune, une fois leur mission terminée. Tant et si bien que l'astre serait en passe de devenir un véritable dépotoir.

Il était de notoriété publique que les agences spatiales aient pour tradition de larguer leurs engins spatiaux dans l'espace une fois leur tâche accomplie plutôt que d'opter pour un rapatriement. Mais ce que l'on ignorait jusqu'à présent, c'est que les satellites ou autres robots sont en réalité souvent programmés pour s'autodétruire sur la surface lunaire après leur mission. Comme l'explique The Atlantic, ces "opérations kamikazes" permettraient ainsi d'éviter d'avoir à dépenser des sommes astronomiques pour rapatrier les machines.

D'après le site d'informations spatiales SEN, la liste des différentes machines détruites sur la Lune depuis 1959 est longue. Pire : dorénavant, l'astre fourmille d'ordures en tout genre. Ainsi, pas moins de 180 000 kilos de déchets s'amoncellent sur sa surface, parmi lesquels : plus de 70 machines spatiales, 5 drapeaux américains, 2 balles de golf, 12 paires de bottes, des caméras, des magazines, des sacs à dos, sans oublier 96 sacs d'urine, d'excréments et de vomi.

Moins trash cette fois, The Atlantic souligne qu'un micro disque de silicone renfermant les messages de 73 chefs d'état, mais aussi les cendres du géologue de la NASA Eugene Shoemaker – qui tout au long de sa vie aura rêvé de se rendre sur la Lune – ont également été déposés sur le sol lunaire. Néanmoins, aux yeux de nombreux archéologues spatiaux, ces déchets ont acquis une valeur historique, comme l'a révélé en 2010 Der Spiegel. Ainsi, les détritus laissés par la légendaire mission Apollo 11 (célèbre pour avoir permis au premier homme de fouler le sol lunaire) sont aujourd'hui considérés comme des "ressources historiques". À tel point que certains archéologues redoutent que des touristes lunaires viennent prochainement se les approprier ou les détériorer.

Pas besoin, toutefois, de se rendre jusque sur la Lune pour dénicher des déchets spatiaux. D'après le site internet New Scientist, pas moins de 21 000 débris de plus de 10 centimètres d'envergure sillonneraient en orbite autour de la Terre. Une masse considérée comme néfaste pour les satellites comme pour nous. À noter en outre que plusieurs millions de petites particules en orbite présentent des dangers pour les machines spatiales. Le temps ne serait-il pas venu de décrasser l'espace ?

Sources : The Atlantic, SEN, Der Spiegel, New Scientist, Slate