Logement : les jeunes accédants à la propriété en très net recul

Article mis à jour le 

Comme le met en évidence le baromètre de l'Observatoire Crédit logement-CSA, le nombre de jeunes ménages accédant à la propriété s'effondre de façon fulgurante, et ce en dépit des conditions actuelles pour le moins favorables en matière de crédit.

S'appuyant sur les chiffres du deuxième trimestre, l'Observatoire Crédit logement-CSA vient de rendre public son baromètre. L'occasion de relever que le nombre de jeunes ménages accédant à la propriété ne cesse de reculer, malgré les conditions de crédit on ne peut plus favorables. Un phénomène qui s'expliquerait notamment par la dégradation économique générale et de la chute du nombre de prêts à taux zéro (PTZ) distribués, d'après le baromètre. Et de souligner que les ménages les plus jeunes et les plus modestes ne sont plus en mesure de rentrer sur les marchés immobiliers.

Les acheteurs de plus de 35 ans gagnent du terrain

Aujourd'hui, les moins de 35 ans ne rassemblent plus que 44,8 % des accédants à la propriété, alors qu'ils étaient 52,4 % en 2009. Un recul également relatif au fait qu'un seul ménage de moins de 35 ans sur cinq (2,4 %) a profité d'un prêt de vingt-cinq ans et plus, tandis qu'ils étaient un sur trois (31,3 %) en 2011.

Si la catégorie des jeunes accédants restent la plus répandue, les acheteurs plus âgés gagnent quant à eux tous du terrain :

- les 35-45 ans passent ainsi à 32,7 %, contre 29,2 % en 2009 ;

- les 45-55 ans passent à 15,5 %, contre 12,9 % en 2009 ;

- les plus de 55 ans grimpent à 6,9 % (contre 5,5 % auparavant).

À l'inverse, les ménages les plus modestes reculent :

- les ménages gagnant moins de trois fois le smic sont passés de 41,6 % en 2009 à 37,9 % aujourd'hui ;

- ceux gagnant moins de cinq fois le smic ont décollé à 24 %, contre 19,6 % auparavant.

À noter qu'après sa suppression dans l'ancien en janvier 2012, le prêt à taux zéro a ensuite été appliqué d'une part sur le neuf, compte tenu de l'augmentation des prix, et sur les ménages modestes, qui ne peuvent accéder à l'immobilier sur ce segment de marché. Résultat : les PTZ + distribués tous les ans sont tombés à environ 40 000.

Sources : creditlogement, latribune, boursorama, lemonde