Mariage homo : quelles conséquences en entreprise ?

Article mis à jour le 

La plupart des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) cachent leur identité sexuelle sur leur milieu de travail car ils craignent que celle-ci puisse influer de façon négative sur leurs carrières. Avec le projet de loi du mariage homosexuel, la normalisation de ces salariés par les employeurs, quand ils sont en couple, ne va pas être simple à mettre en place.

L’autre Cercle, une fédération d’associations d’homosexuels en lutte contre les discriminations a mené une enquête avec l’Institut Randstad afin de définir l’accueil et la reconnaissance faits aux salariés homosexuels dans les entreprises. L’enquête "qu’est-ce qu’une organisation Gay friendly" a été menée en 2011 auprès de 26 organisations publiques et privées, françaises et internationales. Son objectif : analyser les stratégies et techniques des Ressources Humaines afin d’intégrer les employés homosexuels et de lutter contre les discriminations au bureau.

Le constat est nuancé : beaucoup de DRH avouent préférer ne pas parler de ces questions polémiques de façon à ne pas faire de vague. Quelques entreprises, comme SFR, Monoprix ou L’Oréal, n’ont pas de problème avec ce public et proposent déjà des congés de parentalités à des salariés homosexuels. La SNCF fait profiter des avantages sociaux à ses salariés pacsés (ce quel que soit le sexe du ou de la conjointe) au même titre que ceux en couple. Beaucoup d’entreprises sont déjà préparées depuis la promulgation du PACS en novembre 1999. Pour les autres, des stratégies d’égalité de traitement et de lutte contre les discriminations doivent être mises en place, au niveau du DRH pour les grandes entreprises, et de la Direction pour les TPE (très petites entreprises) et PME (petites et moyennes entreprises).

Cette enquête a été rendue publique en décembre 2011, faisant suite à une autre étude également menée par L’autre Cercle en 2010. Cette dernière visait à faire la transparence sur le manque de visibilité des salariés LGBT en entreprise et leurs problèmes d’intégration, notamment relatifs à leur difficulté d’assumer leur identité sexuelle.

Quick-Scan : sur la route de la maturité

Randstad et L’autre Cercle ont mis au point un programme librement téléchargeable : Quick-Scan. Ce dernier permet aux dirigeants des entreprises ou des services de Ressources Humaines de mesurer l’efficacité des mesures "Gay friendly". Celles-ci doivent favoriser l’égalité des chances entre employés homosexuels et hétérosexuels, lors de l’organisation d’événements en couple ou en famille par exemple. Ce type d’outil est un premier pas sur le chemin de la maturité selon Abdel Aïssou, directeur général du groupe Randstad France. L’évolution de la Loi est une chose, mais celle des mentalités est plus longue et difficile. C’est pourquoi la personnalité d’un chef d’entreprise peut faire autant sinon plus pour la reconnaissance des LGBT dans l’entreprise.