Nouvelle hausse des prix de la fourrière : comment éviter de payer

Article mis à jour le 

Citadin, vacancier, automobiliste en tout genre, prend garde : les tarifs de la fourrière vont à nouveau augmenter, et ce dès cet été. Contrôle technique, stationnement, alcool ou vitesse sont autant de motifs qui pourraient conduire votre véhicule derrière les barreaux. Les vacances arrivant à grands pas, on assouplit son code de la route et c'est précisément à ce tournant que vous attend une note bien salée, qui remplacera amèrement le goût de la plage.

Alors que depuis 2002, le prix de l'enlèvement de la voiture était fixé à 91,50€, il a bondi en 2011 à 110 €, puis a grimpé l'an dernier à 113 €, et augmente à nouveau. Plus de 10 € supplémentaires en à peine deux ans. De quoi faire pâlir les habitués du parking improvisé. D'autant qu'aux sommes de fourrière s'ajoute une amende conséquente.

La journée, c'est plus de 200 €

Cet été, à partir du 1er juillet, l'enlèvement de la voiture vous coûtera 115 €. De quoi pimenter les vacances. Concernant les frais de garde journalière, alors qu'ils étaient de 4,60 € en 2011, ils passent à 6,10 € cet été, soit une hausse d'un tiers du prix initial. Vous seriez déjà à plus de 120 €.

Mais en plus de cela, vous devrez payer le déplacement de la dépanneuse et l'expertise. Mis bout à bout, vous devrez vous séparer de la modique somme de 204,90 € pour récupérer votre voiture. Et davantage chaque jour.

Concernant les 2 roues et autres cyclomoteurs, les prix ne changent pas. Aussi, cela donnerait pour une journée un total de 94,40 €.

Embusquade de police

Pour quelles raisons enlever la voiture ?

Attention pendant les vacances, les motifs de mise en fourrière sont nombreux, et cela peut arriver de jour comme de nuit : circuler dans un espace protégé, un parc naturel ou encore sur une plage, entraver la circulation, stationner de façon gênante ou dangereuse, ou sur une place réservée…

Dans le cas où vous vous faites confisquer votre voiture suite à une infraction (alcool, vitesse…) ou à un défaut de contrôle technique, vous aurez tout de même 48h pour la récupérer après son immobilisation par la police et avant qu'elle soit conduite à la fourrière.

Sachez aussi qu'en cas d'entrave à la mise en fourrière de votre véhicule (barrage sur la route, refus de laisser partir le camion ou autres idées de ce type), vous risquez 3 mois d'emprisonnement, 6 points de permis en moins, ainsi qu'une amende de 3 750 €. Cependant, petit détail à savoir, la mise en fourrière ne commence que lorsqu'il n'y a plus que 2 roues au sol (Article R325-12 du code de la route).

la mise en fourrière ne commence que lorsqu'il n'y a plus que 2 roues au sol

Ces petits "trucs" à savoir

Aussi, si vous arrivez à votre voiture alors qu'elle n'est pas encore soulevée (et même si toutes les installations sont en place), l'arrêt de la procédure est une obligation. Vous ne devrez payer que le déplacement de la dépanneuse. Il faudra parfois lutter, et si la voiture se fait soulever en votre présence, vous pouvez contester.

Pour cela, mieux vaut avoir photo ou témoins, voire les deux. Vous ferez votre demande auprès du Procureur de la République du tribunal de grande instance de la ville dans laquelle a sévi la dépanneuse, et si l'on vous donne raison, vous pourrez toucher des dommages et intérêts.

Source : Service Public.fr ; net-iris