Et si les pommes de terre permettaient de maigrir ?

Article mis à jour le 

L’extrait de pomme de terre permettrait de limiter la prise de poids, à en croire une étude canadienne rendue publique dans le magazine Molecular Nutrition & Food Research. En cause : les polyphénols nichés dans le célèbre légume.

Les nutritionnistes vont-il prochainement recommander à leurs patients la consommation de pommes de terre pour faire diminuer leur poids ? Sans doute pas dans l’immédiat, mais il n’empêche qu’une étude canadienne réalisée par l’Université McGill, au Canada, affirme en conclusion que les patates sont bonnes pour la ligne. Dans le détail, les chercheurs sont en effet parvenus à prouver que la pomme de terre, de par sa richesse en polyphénols, est particulièrement efficace pour maigrir.

En pratique, les scientifiques ont d’abord mené une enquête sur des souris, qu’ils ont alimentées dix semaines durant à l’aide d’un régime riche en gras et en sucre de manière à les rendre obèses. Or, ils ont ensuite observé que les rongeurs ayant absorbé, en sus de ce régime, un extrait de pomme de terre, ont grossi deux fois moins que les autres.

La patate, nouvelle solution pour prévenir l’obésité ?

Polyphénols oblige, la pomme de terre est donc un bon antioxydant. Résultat, il n’est pas ridicule de considérer le légume comme un levier efficace contre l’obésité, ou encore contre le diabète de type 2, selon les chercheurs. Reste néanmoins pour les scientifiques à creuser encore davantage leurs recherches, même si les résultats sont prometteurs. Pour ce faire, des examens devraient être effectués sur des humains afin de déterminer le dosage correspondant le mieux à notre métabolisme.

Pour l’heure, les chercheurs savent qu’une dose d’environ 30 pommes de terre quotidiennes porte ses fruits. Mais les scientifiques n’invitent évidemment pas à en consommer dans pareille mesure, car l’apport calorique serait colossal. Non, en réalité, l’extrait de pomme de terre pourrait être intégré sous forme de complément alimentaire, ou encore sous forme d’ingrédient de cuisine. Inutile, donc, de surconsommer d’ici là.

Sources : irishcentral, lci, cosmopolitan