Le homard européen

Par : Jean-Pierre Fleury - tout savoir sur ...
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |

Pour compléter votre lecture :

  • Tous nos articles sur le homard
homard européen

Homard européen

C'est un des crustacés les plus recherchés, un mets raffiné et le trophée du pêcheur à pied. C'est aussi une espèce très intéressante pour le naturaliste.


Comment reconnaître le homard ?

Description
C'est l'un des plus gros crustacés de nos côtes, avec son abdomen bien développé et ses pinces puissantes. Ces dernières sont asymétriques, l'une étant broyeuse et l'autre coupante. La pince broyeuse est plus massive et présente des tubercules de forme irrégulière, la pince coupante est longue et frangée de petits denticules.
En général foncé, les homards peuvent arborer de superbes tons bleutés. Les antennes et les antennules sont oranges. Le reste des caractéristiques est commun aux membres de la famille des néphropidés, des crustacés à l'abdomen bien différencié mais cependant adaptés à la marche sur le fond. Faites très attention aux pinces, la pression de la pince broyeuse rivalise avec celles des tourteaux.

homard enorme
Robert Sinsoilliez, écrivain historien de la Marine, auteur de "La pêche à pied", Flamarion 1987, avec un homard énorme

Taille maximale
Quand on considère les homards servis sur la table, on peine à croire que cet animal peut peser 7 kilogrammes. Une seule pince d'un tel animal est beaucoup plus grande que le homard standard des restaurants.
Un homard peut atteindre l'âge de 50 ans.

Le homard et ses cousins

bernard hermite
Bernard-l’hermite, un cousin du homard

Un peu de systématique, ça ne fait jamais de mal : le homard est un crustacé malacostracé décapode macroure de la famille des néphropidés. Ca paraît compliqué mais c'est très simple. Explications...

Le homard fait partie des malacostracés décapodes. Le terme décapode fait référence aux cinq paires soit 10 pattes présentes chez de nombreux crustacés, aussi bien chez le homard que les crabes ou les crevettes, qui sont également des décapodes.
Chez ces animaux, la partie antérieure du corps résulte de la fusion de la tête et du thorax et se dénomme céphalothorax, elle porte les antennes, les antennules, plusieurs paires de pièces masticatrices et les 5 paires de pattes.
Les yeux pédonculés et les branchies sont aussi insérés sur le céphalothorax. Plus postérieurement, l'abdomen présente une grande variabilité de forme, pouvant se replier brutalement pour assurer un déplacement rapide, comme chez le homard ou les crevettes, ou restant replié sous le céphalothorax, comme chez les crabes.
Enfin, les bernard-l'hermite ont un abdomen réduit et mou, en relations avec leur mode de vie, ces animaux se servant de coquille de gastéropodes morts pour s'abriter. La classification des décapodes est donc la suivante : les décapodes nageurs comprennent les crevettes et les décapodes marcheurs comprennent les brachyoures (les crabes), les anomoures (bernard-l'hermite, galathée) et les macroures (homard, langoustes).

On peut donc se souvenir de la classification globale suivante :

Crustacés
Malacostracés
Décapodes
Décapodes nageurs (les crevettes)
Décapodes marcheurs
Macroures (abdomen développé, ex : homard)
Anomoures (abdomen réduit, ex : bernard-l'hermite)
Brachyoures (abdomen replié, ex : crabes)

Ajoutons cependant que des recherches récentes remettent en cause cette classification qui refléterait mal les relations de parenté réelles. Mais devant la perpétuelle évolution des résultats, le novice trouvera dans la classification proposée ci-dessus une première approche pratique et relativement simple à retenir.

La famille des néphropidés

homard americain europeen
Homard européen, dit homard breton - Homard américain, dit homard du Maine

Le homard est un néphropidé, une famille regroupant des animaux assez ressemblants, qui ont un abdomen long, bien développé, mais qui peut se replier brutalement pour nager vers l'arrière. Notons que son cousin des côtes américaines, très ressemblant, se nomme Homarus americanus, ou homard américain si on veut utiliser un nom commun.

Un des cousins les plus connus des homards, et appartenant à la même famille, est la langoustine (Nephrops norvegicus). Malgré son nom, la langoustine est plus proche parent du homard que de la langouste, comme l'atteste la présence de pinces bien développées chez cet animal, alors que la langouste na pas de pinces.

La langoustine ne se rencontre jamais à marée basse. Elle n'est présente à partir de 20 m de profondeur. De couleur orangée à rosâtre, elle présente des pinces effilées mais néanmoins puissantes. Très abondante par endroit, elle subit une pression de pêche importante.

Les prédateurs
Malgré son armure et ses pinces, le homard peut être dévoré par de nombreux poissons, en particulier ceux qui vivent dans le même environnement, comme le congre. On dit souvent que congre et murène ne mangent que des homards qu'après la mue, quand son corps est mou. C'est vrai que les homards sont plus vulnérables à ce moment-là, mais un gros congre n'a aucunement besoin d'attendre la mue pour dévorer un homard, ses mâchoires lui suffisent. De même, les juvéniles de homard sont à la portée de n'importe quel poisson de bonne taille. Un gros bar peut en avaler un en une seule bouchée, ainsi qu'il avale d'ailleurs les crabes. Pour cette raison, le homard ne se sent jamais autant en sécurité que lorsqu'il est bien profondément dans son repère rocheux.

Ethologie du homard

homard veille
Homard en veille devant son trou

Alimentation
Le homard se nourrit de nuit. Il est aussi bien prédateur que nécrophage. Sa pince broyeuse lui permet de casser les coquilles de bivalves et de gastéropodes, il attaque également les autres crustacés, y compris ses congénères. Il apprécie les poissons morts, aussi les pêcheurs boettent-ils leurs casiers avec des daurades, des chinchards et autres lieus jaunes.

Activité
Il est bien rare d'observer un homard durant le jour, du moins si on ne l'a pas extrait soi-même de son trou.

Il passe sa journée dans son abri, une crevasse naturelle dans les rochers ou un trou creusé dans le sédiment à la base du rocher. C'est la nuit, en toute discrétion mais avec efficacité, que le homard explore les fonds marins. Il peut y avoir de grandes quantités de homards sur le même rocher, lorsque ce dernier offre suffisamment d'abris et de nourriture.

Rappelons que, comme tous les crustacés, le homard grandit par mues successives. Il s'extrait de son exosquelette devenu trop petit, et présente alors un corps mou, le temps que sa nouvelle armure durcisse. Il est très vulnérable durant ces quelques jours et reste précautionneusement dans son trou.

Reproduction
La reproduction se déroule après la mue de la femelle quand elle est encore molle. Grâce à ses appendices copulateurs, le mâle introduit le sperme dans les voies génitales femelles. Les spermatozoïdes seront stockés dans une poche de la femelle appelée spermathèque et seront utilisés pour féconder les oeufs pendant plusieurs années. En général, les oeufs sont pondus à la fin de l'automne et, portés par la femelle pendant plusieurs mois, ils éclosent à la fin du printemps. Il existe cependant de grandes variations quant aux dates de ponte et d'éclosion.

Carte d’identité du homard

Classe: crustacés
Ordre : décapodes
Famille : néphropidés
Nom : Homarus gammarus

Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.

Logement, famille, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu