Sport et grossesse

Le sport et la grossesse
Le sport et la grossesse
La grossesse entraîne chez la mère une augmentation des dépenses énergétiques surtout pendant les activités de la vie quotidienne, en raison de l'augmentation de poids. Le foetus est nourri et oxygéné par l'arrivée de sang au placenta, et la préservation de cette circulation sanguine conditionne le choix des activités physiques.


Recommandations et restrictions

Les activités anaérobies qui exigent une activité musculaire intense et brève (musculation, courses de vitesse) ne sont pas recommandées, car elles peuvent compromettre l'arrivée d'oxygène par le sang placentaire. Les activés aérobies d'endurance telles que la marche à pied, le vélo ou la natation doivent être préférées. Chaque séance doit être relativement brève afin de ne pas augmenter la température corporelle, ce qui peut être préjudiciable au foetus.

Les modifications corporelles inhérentes à la grossesse (prise de poids, hyperlordose lombaire, ...) entraînent inévitablement des modifications dans le choix et le rythme des activités sportives. Il faut éviter les activités avec risque de chute ou de choc.

Les efforts physiques doivent diminuer avec la progression de la grossesse, et doivent être interrompus en cas d'apparition de facteurs de risque. Il est exclu de participer à des compétitions sportives.

Les contre-indications au sport durant la grossesse sont les antécédents de fausse couche spontanée, la présence d'une ouverture du col de l'utérus, les saignements, les douleurs abdominales, l'incontinence urinaire, les maladies infectieuses. Le sport est également contre-indiqué en cas de grossesse gémellaire ou de suspicion de grossesse extra-utérine.