Cuisiner soi-même permet de manger moins et plus sain, même au resto

Article mis à jour le 

Les personnes qui cuisinent elles-mêmes adoptent une alimentation plus saine que les autres, sans forcer sur les quantités, et ce même lorsqu’elles dînent à l’extérieur. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude scientifique américaine réalisée par l’Université John Hopkins, à Baltimore. Un état de fait qui serait valable pour tous les poids et morphologies.

À en croire les résultats d’une étude américaine menée par des chercheurs de l’Université John Hopkins (Baltimore), les personnes cuisinant chez elles absorbent d’une part moins de calories, et mangent par ailleurs plus équilibré que les autres.

135 calories en moins par jour

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont passé au crible les données alimentaires de 9 000 personnes âgées de 20 ans et plus, interrogées dans le cadre de l’enquête National Health & Nutrition Examination Survey (NHANES) sur un mois.

Résultat, sur l’ensemble, 8 % des participants préparaient eux-mêmes leur dîner une fois par semaine, et consommaient quotidiennement en moyenne 2 301 calories, 135 grammes de sucre et 84 grammes de graisse. Tandis que 48 % des participants concoctant leur dîner 6 à 7 fois par semaine absorbaient chaque jour 2 164 calories, 119 grammes de sucre et 81 grammes de graisse. Un phénomène s’expliquant notamment parce que les gens cuisinant chez eux recouraient moins aux surgelés et mangeaient moins de fast-food que les autres. À noter que ces conclusions s’appliquent aussi dans le cadre d’une perte de poids, selon les chercheurs.

Aussi : non, les jus de fruits ne sont pas aussi sains que vous le croyez

Mieux choisir ses plats au resto

En outre, l’équipe de scientifiques souligne que le fait d’apprendre à cuisiner permet de mieux choisir ses plats au restaurant, et ainsi de prévenir l’obésité. Raison pour laquelle il faudrait selon eux que les pouvoirs publics encouragent la population à s’y mettre.

Sources : santelog, topsante