Cancer du côlon : diagnostic et prévention

Cancer du côlon
Cancer du côlon
Le cancer du côlon est traité avec succès s'il est dépisté de manière précoce. La population des pays industrialisés est particulièrement touchée. Bien qu'il existe des facteurs génétiques qui prédisposent à ce type de cancer, une bonne hygiène de vie, notamment sur le plan alimentaire, peut aider à en réduire les risques.


Symptômes du cancer du colon

On note une prévalence chez les personnes de plus de 50 ans. Les personnes plus jeunes peuvent toutefois en souffrir également. Plusieurs symptômes doivent vous alerter, tels que :

  • du sang dans les selles ;
  • l'apparition de diarrhées et/ou de constipation inhabituelles ;
  • des douleurs abdominales persistantes ;
  • des ballonnements et des flatulences ;
  • une fatigue ;
  • un amaigrissement ;
  • un manque d'appétit.

Consultez votre médecin, lui seul pourra établir un bon diagnostic, en prenant soin d'éliminer d'autres pathologies telles que la maladie de Crohn, une tumeur bénigne ou une sigmoïdite (inflammation d'une partie du gros intestin). En effet, toutes ces maladies peuvent présenter certains symptômes du cancer du côlon.

Hémoccult : un test pour dépister la présence de sang dans les selles

Tous les 2 ans, à partir de 60 ans, vous recevrez un courrier de votre centre de sécurité sociale vous invitant à procéder à un test de dépistage appelé Hémoccult. Son principe est simple et tout est expliqué en détail dans le pli qui vous est adressé. Le test s'effectue chez soi et les résultats vont seront communiqués ultérieurement. Si on détecte la présence de sang en petite quantité, on vous prescrira alors une coloscopie.

Coloscopie et polypes

La coloscopie est un examen indiqué pour explorer le gros intestin à la recherche d'éventuelles anomalies telles que la présence de polypes, une inflammation ou des ulcérations. Les polypes ou "adénomes" sont des tumeurs généralement bénignes mais qui peuvent, dans certains cas, évoluer vers un cancer si elles ne sont pas soignées. Pour cette raison, il est recommandé de surveiller leur évolution. À l'occasion de cet examen, le praticien pourra faire une biopsie, c'est-à-dire le prélèvement d'un échantillon de la muqueuse intestinale afin de mettre en évidence la présence de cellules cancéreuses.

Comment prévenir cette maladie ?

Le lien entre maladies du côlon et alimentation n'est plus à démontrer. Selon plusieurs études convergentes, une alimentation riche en fibres peut réduire les risques d'apparitions du cancer du côlon. Une bonne hygiène alimentaire est donc de mise, pour cela :

  • évitez l'excès de sucre : une quantité trop importante d'insuline favorise la croissance des cellules cancéreuses ;
  • diminuer au maximum votre consommation de produits industriels bourrés d'additifs alimentaires, souvent très toxiques pour la paroi intestinale ;
  • réduisez votre consommation de charcuteries industrielles, de viandes rouges, ainsi que le barbecue ;
  • évitez l'alcool et le tabac ;
  • ayez un bon transit en ayant une alimentation riche en fibres ;
  • privilégiez les fruits et légumes frais, ainsi que les céréales ;
  • consommez beaucoup d'omégas 3 qui réduisent la taille des polypes, d'après certaines études. Vous les trouvez principalement dans la graine de lin, les poissons gras et les huiles de bonne qualité ;
  • prenez de l'aspirine régulièrement : il a été scientifiquement démontré qu'elle diminuait les risques de ce cancer.

Attention : les conseils donnés ici ne se substituent en aucun cas à un avis médical : consultez votre médecin.