Plats cuisinés : les ingrédients à éviter

Les ingrédients à éviter dans les plats cuisinés
Les ingrédients à éviter dans les plats cuisinés
L'industrie alimentaire multiplie les ingrédients pour rendre leurs plats cuisinés plus appétissants. Agents de texture, exhausteurs de goût, conservateurs, colorants, sel, graisses, sucres... Quels sont les ingrédients à éviter ? Quelques éléments de réponse.


Plats préparés : un "savant" mélange d'additifs

La lecture de la composition d'un plat cuisiné est souvent rendue délicate par la multiplication des ingrédients aux appellations obscures. Acide glutamique, ascorbate de calcium, acétate de sodium, acide sorbique, carbonate de potassium, sorbitol... la liste d'ingrédients figurant sur les étiquettes de nos produits alimentaires du quotidien est souvent longue.

Pourquoi tant d'ingrédients ? Dans la grande majorité des cas, les ingrédients sont des additifs alimentaires. Ils sont présents en très petite quantité et servent selon les cas à épaissir la préparation, mieux la conserver, lui donner une texture onctueuse, la colorer, la sucrer, l'acidifier... Avec tous ces produits, le but pour les industriels est d'obtenir en bout de chaîne, au moment de l'ouverture de l'emballage, un produit visuellement appétissant et gustativement intéressant tant en terme de saveurs que de consistance (texture).

Les additifs autorisés en eux-mêmes n'ont rien de dangereux pris isolément, mais ils peuvent s'avérer mauvais pour la santé s'ils sont en trop fortes quantités. En effet, chaque additif est autorisé par les autorités sanitaires selon des termes précis. Ce sont les fameuses DJA (Doses Journalières Admissibles) d’additifs. Autrement dit pour chaque produit, le seuil journalier au-delà duquel le produit pourrait avoir des conséquences négatives pour la santé.

Sachant que quasiment tous les plats cuisinés comportent des additifs, en manger plusieurs dans la journée revient à s'exposer à des surdoses journalières. Comme il est quasi impossible de tenir le compte des additifs ingurgités dans une journée, mieux vaut éviter de ne manger que des plats cuisinés dans la journée.

L'additif le plus utilisé est toujours le même : c'est le sel ! Le sel est un exhausteur de goût très efficace qui permet de relever les arômes d'un plat un peu fade. L'autre avantage du sel pour les industriels est qu'il retient naturellement l’humidité. En ajoutant du sel, on augmente ainsi artificiellement et à faible coût le poids des aliments.

Ingrédient phare des plats cuisinés : les graisses

Au même titre que les additifs, la plupart des industriels ajoutent dans leurs préparations de nombreuses graisses aux appellations parfois confuses : matières grasses végétales, graisses hydrogénées...

Le gras qu'il soit d'origine animale ou végétale donne de la consistance aux préparations. Un aliment gras apporte rapidement le sentiment de satiété. Il flatte aussi le palais et masque trop souvent ainsi le manque de saveurs des produits.

Si certaines graisses sont plutôt bonnes pour la santé, d'autres le sont notablement moins. Parmi ces dernières, l'huile de palme est sans conteste à éviter au maximum. Qu'elle soit bio ou pas, l'huile de palme est très riche en acides gras saturés et ces acides gras saturés ont tendance à augmenter le taux de mauvais cholestérol dans le sang ce qui entraîne des risques de cancer et des risques de maladies cardio-vasculaires. De plus en plus d'industriels s'engagent à limiter l'utilisation de l'huile de palme mais c'est l'une des moins chères marchés au monde.

Pour limiter les risques, le mieux est d'éviter les plats cuisinés qui ne font pas l'effort de spécifier quel type d'huile est utilisé, et notamment les produits comportant des mentions floues comme "huile végétale" ou "matières grasses végétales".

Ingrédient omniprésent : le sucre

L'autre grand ingrédient couramment utilisé par l'industrie agroalimentaire pour donner du goût aux préparations est le sucre. Or le sucre en surdose est loin d'être une bonne chose pour la santé.

Le sucre est quasiment partout sous des formes très diverses : saccharose, fructose, glucose, sirop de glucose, sirop de glucose-fructose, maltose, lactose...

Si ces sucres sont logiquement représentés dans les produits de type gâteaux, bonbons, friandises, on les retrouvent aussi très souvent dans les préparations de charcuteries salées, les surimis, les conserves de légumes, les yaourts...

Parmi ces sucres, ceux ayant le plus d'effets négatifs sur la santé sont les sirops de glucose. Ils sont fabriqués à base de blé ou de maïs. Au lieu de les brûler, le corps a tendance à les stocker pour les transformer en graisses. Cette particularité entraine une augmentation de triglycérides dans la sang et de cholestérol. Autant que possible, il vaut mieux donc éviter ces types de sucres pour limiter les risques de diabète et de maladies cardio-vasculaires.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".