Handicap et emploi : une équation pas si simple à mettre en place

Article mis à jour le 

L’insertion de salariés handicapés dans les entreprises doit aujourd’hui obéir à un quota de 6 % des effectifs. Un dispositif pas toujours simple pour les entrepreneurs qui n’adaptent pas toujours leurs stratégies aux publics visés.

Tous les handicaps ne se valent pas face au milieu du travail, bien que toutes les personnes qui en sont victimes peuvent exercer un emploi. Reste pourtant à bien faire la part des choses et à trouver les postes correspondant aux profils de ces personnes, et non l’inverse.

Deux organismes gèrent le financement et la promotion de l’emploi des personnes handicapées. Côté secteur privé, c'est l'Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (Agefiph) qui est en charge de promouvoir ces insertions. Elle reçoit une cotisation de toute entreprise de plus de vingt salariés. La cotisation est moins élevée à mesure de l’embauche de salariés handicapés par l’entreprise.

Côté secteur public, c’est le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) qui joue un rôle similaire, avec plus de succès que son homologue. Pôle emploi remplit le quota de 6 % de salariés handicapés par exemple, grâce à de nombreux aménagements de postes. Les entreprises publiques comme privées ne peuvent respecter ce quota qu’en mettant en place une politique d’entreprise conséquente et des aménagements d’emplois pour adapter ces derniers à des travailleurs souffrant de handicap.

Améliorer les perspectives d’embauche des travailleurs handicapés

Deux stratégies pourraient permettre de rendre plus efficace l’emploi des personnes handicapées par les entreprises : une information réciproque et continue permettant une rencontre et une meilleure compréhension de l’offre et de la demande. Ce facteur permet de dé-diaboliser l’emploi handicapé, et de montrer comment la pluralité des handicaps permet aux entreprises de concilier compétences et profils chez ces chômeurs-là. Il permet également de redonner confiances aux handicapés pour qu’ils ne se considèrent plus comme des exclus.

La seconde stratégie consisterait quant à elle en l’aménagement de postes dans les entreprises pour permettre leur accès à des personnes handicapées. Une tactique qui demande souvent moins de moyens que prévu si l’on tombe sur le bon profil. La 16e semaine pour l’emploi des personnes handicapées s’est déroulée du 12 au 16 novembre. L’occasion de tirer un portrait de ces structures et politiques d’insertion du handicap, ainsi que de leur efficacité.