> NOS SERVICES PRATIQUES
 
 

Indemnité de départ à la retraite

Par : Philippe Colin - Dernière modification : 7 mai 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |
indemnites depart retraite

L'indemnité de départ à la retraite

Retraite : vous avez peut-être droit à une indemnité de départ. Découvrez à travers cette fiche les différents cas possibles.


Indemnité de départ à la retraite

Qui peut l'obtenir ?

Tout salarié qui répond aux conditions suivantes :

  • avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite ;
  • quitter volontairement son entreprise ;
  • avoir au moins 10 ans d'ancienneté dans l'entreprise.


A signaler : le salarié peut être mis à la retraite à l'initiative de l'employeur. S'il a atteint l'âge légal de départ à la retraite et s'il peut bénéficier d'une retraite à taux plein, le salarié a droit à l'indemnité de licenciement légale ou à l'indemnité de départ à la retraite fixée par la convention collective, si elle est plus avantageuse. Si le salarié ne remplit pas ces 2 conditions, la rupture du contrat de travail constitue un licenciement : le salarié a alors droit à l'indemnité de licenciement légale, ou conventionnelle, si elle est plus avantageuse.

Quel en est le montant ?

L'indemnité est égale à :

  • 1/2 mois de salaire après 10 ans d'ancienneté ;
  • 1 mois de salaire après 15 ans d'ancienneté ;
  • 1,5 mois de salaire après 20 ans d'ancienneté ;
  • 2 mois de salaire après 30 ans d'ancienneté.


Les conventions collectives peuvent prévoir des indemnités supérieures à l'indemnité conventionnelle. Il est donc important de consulter la convention applicable de l'entreprise.

Le salaire à prendre en considération, est, au choix du salarié :

  • soit 1/12e des rémunérations (salaire, mais aussi primes et gratifications éventuelles) des 12 derniers mois ;
  • soit le 1/3 des rémunérations des 3 derniers mois (les primes et gratifications versées au cours de l'année précédant le départ doivent être prises en considération, au prorata).

Indemnité de départ des commerçants et artisans

Qui peut l'obtenir ?

Les commerçants et artisans répondant aux conditions suivantes :

  • être de nationalité française, ou ressortissant d'un état membre de l'Union européenne, ou ressortissant d'un pays ayant conclu une convention avec la France (mais dans le cas où le commerçant est étranger, il doit avoir exercé son activité en France) ou encore réfugié apatride (au titre de l'OFPRA) ;
  • être affiliés depuis 15 ans au moins (en une ou plusieurs périodes distinctes) au régime d'assurance vieillesse des professions artisanales, industrielles et commerciales au moment où ils cessent définitivement toute activité ;
  • avoir atteint l'âge légal de la retraite* s'ils cessent toute activité et de 57 ans révolus s'ils ne perçoivent pas un avantage personnel de retraite et si l'arrêt de leur activité intervient dans le cadre d'une action de restructuration du commerce et de l'artisanat ou d'une opération collective pour la sauvegarde de l'activité commerciale ;
  • avoir été affilié pendant au moins 15 ans à la Caisse d'assurance vieillesse des professions artisanales, industrielles et commerciales, comme commerçant, artisan, actif ou aide familial ;
  • avoir bénéficié, pendant les 5 années qui ont précédé celles de la cessation d'activité, de ressources inférieures à un certain plafond.

*L'âge légal de départ à la retraite recule progressivement depuis la loi du 9 novembre 2010 réformant les retraites. Pour plus de détails, consultez notre fiche : Départ à la retraite.


Quel en est le montant ?

Le montant exact est fixé par une commission locale en tenant compte de la situation de chaque demandeur (en particulier : ses ressources et ses charges, la valeur du fonds de commerce, son emplacement, son mode de cession...).

Montant indemnité de départ des commerçants et artisans
Plafond de ressources annuelles, moyenne sur 5 ans
personne seule11 940 € dont 5 780 € de ressources non professionnelles
couple21 210 € dont 10 490 € de ressources non professionnelles
Montant de l'indemnité
personne seule2 020 à 12 100 €
couple3 140 à 18 820 €
Chiffres depuis le 1er janvier 2011

Ne sont pas pris en compte pour ces calculs :

  • les prestations reçues des caisses d'assurance vieillesse artisanale, industrielle et commerciales ;
  • la majoration pour conjoint coexistant ;
  • les prestations familiales ;
  • les pensions militaires d'invalidité ;
  • les avantages reçus au titre de l'aide sociale ;
  • la retraite du combattant ;
  • les pensions des veuves de guerre ;
  • les pensions attachées aux distinctions honorifiques à titre militaire.


Comment l'obtenir ?

La demande d'indemnité de départ doit être adressée par écrit à la caisse d'assurance vieillesse à laquelle est affilié le demandeur avec pièces justificatives à l'appui.

La commission locale notifie ensuite au commerçant l'acceptation ou le refus de sa demande, et, en cas d'acceptation, le montant de l'aide attribuée.

Pour pouvoir toucher l'aide, le commerçant doit :

  • mettre en vente son fonds de commerce, son entreprise artisanale ou son droit au bail ;
  • s'engager à renoncer à toute activité,
  • faire procéder à sa radiation du registre du commerce et des sociétés ou du répertoire des métiers (ou des 2 à la fois en cas de double inscription) dans un délai de 12 mois à compter de la date d'acceptation de sa demande ; le certificat de radiation doit être remis à la caisse d'assurance vieillesse.


L'indemnité est alors versée au bénéficiaire, en une seule fois (après présentation du certificat de radiation et de l'attestation de la mise en vente du fonds par voie d'affichage).

En ce qui concerne l'indemnité de départ à la retraite

L'indemnité de départ volontaire à la retraite était exonérée d'impôts, dans la limite de 3 050 €. Mais cette exonération partielle a été supprimée le 1er janvier 2010 : les indemnités versées à compter de cette date sont imposables dès le premier euro.


En ce qui concerne l'indemnité de départ des commerçants et artisans

L'indemnité n'est pas imposable mais elle supporte la CSG et la CRDS.

Le droit à l'indemnité est transmis au conjoint survivant s'il présente sa demande dans un délai d'un an après le décès. S'il poursuit l'activité, il peut cumuler son temps d'exploitation.


Vous cherchez l'adresse de votre CPAM

Licenciement, congés payés, CV...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr