Conseils pour mieux vivre avec son asthme

Mieux vivre avec son asthme
Mieux vivre avec son asthme
L'asthme provoque une inflammation des bronches et rend la respiration difficile. C'est une maladie qui ne peut pas être soignée mais qui peut être gérée afin de vivre normalement, sans avoir peur d'une crise d'asthme.


Connaître et maîtriser les symptômes de l'asthme

Chaque asthmatique a ses symptômes, plus ou moins intenses. En analysant l'environnement à chaque crise, il est possible d'établir la liste des facteurs déclenchant la crise et donc de prévenir une prochaine crise. Cela permet également de remarquer les évolutions de la maladie.

Par exemple, il existe différentes formes d'asthmes. Certaines sont permanentes tandis que d'autres ne se manifestent qu'en présence d'un allergène spécifique.

Pour mieux connaître les symptômes de l'asthme, consultez l'article Comment détecter l'asthme ?

Vous avez la possibilité de suivre une éducation thérapeutique dispensée par des professionnels de la santé dans les "écoles de l'asthme". Il s'agit d'activités éducatives d'information et d'apprentissage au cours desquels vous apprendrez à réagir face aux situations simples comme difficiles. Ces cours sont accessibles aux malades, quel que soit leur âge, et également à leurs proches.
Une liste des écoles de l'asthme est disponible sur le site www.asthme-allergies.asso.fr.

Suivre le bon traitement pour son asthme

L'intérêt de suivre un traitement adapté pour son asthme est qu'il limite l'apparition des crises et permet d'avoir un souffle relativement normal.

Un traitement régulier doit être établi auprès d'un médecin. Bien entendu, il faut correctement suivre les prescriptions. Les rendez-vous de suivi assurent une maîtrise de la maladie (même si l'état du malade est stable).

A noter : le remboursement des traitements liés à l'asthme est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale.

Les asthmatiques doivent suivre un traitement de fond, préventif, et un traitement immédiat lors des crises. Bien souvent, il s'agit d'un inhalateur qui permet une action directe sur les bronches.
Les inhalateurs ne sont efficaces que lorsqu'ils sont bien utilisés. D'autres méthodes existent comme les chambres d'inhalation, les inhalateurs de poudre sèche et les nébulisateurs. Sur le site asthme-allergies.org, vous trouverez des vidéos explicatives pour l'ensemble des méthodes d'inhalation. N'hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Certains asthmatiques suivent également des séances de kinésithérapie respiratoire.

A noter : le virus de la grippe peut aggraver l'asthme, c'est pourquoi les médecins conseillent de se faire vacciner tous les ans.

Limiter le contact avec les éléments allergisants

Tout ce qui peut déranger l'appareil respiratoire doit être évité au maximum afin de ne pas provoquer de crises d'asthme :

  • les poils d'animaux ;
  • les poussières ;
  • les acariens ;
  • les moisissures ;
  • les désodorisants et aérosols ;
  • les plantes ;


Préférez les sols lisses aux moquettes et aux tapis. Préférez également la lessive liquide et évitez d'étendre du linge dans la maison pour ne pas créer une atmosphère humide.

La fumée de tabac est très irritante pour les asthmatiques. Il est recommandé d'arrêter de fumer et de limiter les activités dans des lieux fumeurs. De même, il vaut mieux éviter les expositions aux fumées de cheminées, de barbecue, d'encens, de cuisson d'aliments…

Aérez souvent votre habitat, lavez régulièrement les sols, les meubles, les étagères et les rideaux. Nettoyez les bouches d'aération tous les 3 mois.

Quel que soit le contexte, les asthmatiques doivent toujours avoir un inhalateur sur eux en cas de crise.

Adapter ses activités en fonction de son asthme

Le sport n'est pas du tout banni pour les personnes asthmatiques. Au contraire, une activité physique régulière renforce les muscles et améliore le souffle. Certains sportifs professionnels sont asthmatiques. La pratique d'un sport lorsqu'on a de l'asthme nécessite seulement quelques adaptations comme :

  • choisir un sport qui plaît vraiment ;
  • s'échauffer longuement avant un exercice ;
  • adapter son rythme à son état ;
  • adapter sa pratique selon les conditions climatiques (déconseillé par temps très froid) ;
  • mesurer son souffle avant et après l'effort ;
  • éventuellement inhaler un médicament protecteur 10 à 15 minutes avant l'effort ;
  • toujours emporter un bronchodilatateur.


La natation est recommandée pour les personnes ne souffrant pas d'irritations dues au chlore.
L'équitation est à éviter pour les enfants en raison des allergènes contenus dans la paille.

A noter : le seul sport totalement interdit aux asthmatiques est la plongée sous-marine. En effet, aucun traitement ne peut être ingéré sous l'eau et les bouteilles d'oxygène peuvent contenir des allergènes.