Manger équilibré ? C’est trois fois plus cher que la malbouffe !

Article mis à jour le 

D’après une étude britannique relayée par le Telegraph, il faudrait débourser environ trois fois plus pour manger sainement, par rapport aux produits riches en graisses et mauvais pour la santé…

Si vous essayez vous aussi tant bien que mal d’adopter une alimentation correcte pour rester en bonne santé, vous avez donc certainement remarqué qu’un tel choix impliquait un investissement financier plus substantiel que lorsque vous mangez n’importe quoi. Eh bien, une étude menée par l’Université de Cambridge, et plus particulièrement par le Centre pour l’alimentation et la recherche, a fait le calcul pour vous. Selon cette dernière, manger équilibré serait trois fois plus coûteux que la malbouffe. Pire : plus l’on sélectionne de produits de qualité, plus la facture s’alourdit.

Comme le rapporte le Telegraph, qui a rendu l’étude publique mercredi, les scientifiques ont obtenu cette conclusion après examen de 100 produits selon leur valeur calorique. Dans le cas d’un panier moyen de 1 000 calories, contenant du saumon, des yaourts et des tomates, le tarif s’élève à 9,40 euros. Alors qu’un apport calorique identique découlant d’éléments "malsains" comme des hamburgers, de la pizza ou des beignets, revient à 3,10 euros. Ainsi, la différence de prix atteint 6,30 euros entre ces deux paniers, alors qu’il n’était que de 4,90 euros il y a une décennie.

Des différences de prix qui renforcent les inégalités

Résultat, il est évident que les tarifs de la nourriture dite équilibrée et saine décollent beaucoup plus rapidement que ceux pratiqués par la junk food, systématiquement peu onéreuse. En marge de sa conclusion, les chercheurs issus du Centre pour l’alimentation et la recherche auraient par ailleurs tiré la sonnette d’alarme, invitant notamment le gouvernement à mettre en place des mesures pour limiter la hausse de prix des aliments recommandés pour la santé.

Ainsi, le principal auteur de l’enquête, Nicholas Jones, estime indispensable que la nourriture saine reste abordable. Parce qu’à terme, l’augmentation de l’écart de prix risque d’aggraver encore davantage les inégalités déjà catastrophiques en matière de santé, parmi la population britannique. À noter que même si l’étude circonscrit avant tout les prix valables au Royaume-Uni, ces derniers sont en tous points semblables dans l’Hexagone…

Sources : telegraph, independent, newsweek, metronews