Placer son argent

Vous voulez être certain de bien placer votre argent ? Lisez nos rubriques pour prendre vos précautions avant de choisir vos placements, et mieux définir vos objectifs pour optimiser vos gains.

Nos dernières publications

  • Placement

    Participation : différentes façons de placer votre argent

    Lorsque vous êtes alerté sur la somme de votre part de placement dans une entreprise, vous pouvez désormais choisir entre la disponibilité immédiate de la somme acquise ou son placement en épargne. Découvrez dans ces quelques lignes les différentes manières de placer votre argent et de le faire fructifier....

  • Participation aux bénéfices

    Tout savoir sur la participation aux bénéfices

    La participation aux bénéfices est un mécanisme d’épargne pour l’entreprise, créé en 1967, qui vous permet d’offrir un complément de salaire à vos employés à partir des bénéfices nets réalisés par cette dernière. La participation vous permet également de bénéficier d’une exonération de charges sociales et fiscales, tout comme pour vos employés....

  • Déblocage exceptionnel

    Cas de déblocages exceptionnels de la participation aux bénéfices

    Généralement, la prime que reçoit chaque salarié inscrit dans la participation aux bénéfices d’une entreprise est automatiquement et légalement bloquée pendant 5 ans. Ce délai peut s’étendre à 8 ans sans accord de participation. Toutefois, il existe plusieurs cas selon lesquels vous pouvez accéder rapidement à votre compensation sans attendre ce délai....

  • Participation aux bénéfices

    Participation aux bénéfices : dans quel cas est-elle obligatoire ?

    La participation est un système d’épargne pour votre entreprise selon lequel la prime obtenue est redistribuée à vos salariés. Toutefois, il existe des entreprises où la participation est obligatoire et d’autres qui n’y sont pas soumises. Découvrez dans cet article quels sont les critères d’obligation....

  • Participation ou intéressement ?

    Participation et intéressement : deux dispositifs à distinguer

    La participation et l’intéressement sont deux dispositifs d’épargne que les gens ont tendance à mélanger. En effet, ils sont tous deux destinés à optimiser les performances de l’entreprise à travers la motivation de leurs employés. Découvrez alors les caractéristiques de chaque dispositif afin de vous permettre de les distinguer....

  • Le plan d'épargne populaire

    Plan épargne populaire (PEP)

    Comment fonctionne le plan d'épargne populaire ? Même si depuis le 25 septembre 2003 la loi de finances 2004 a supprimé le PEP, ceux ouverts avant cette date peuvent être conservés et alimentés dans la limite de leur plafond de dépôt (92 000 €). D'autres produits financiers permettent désormais, d'épargner, tels que le plan épargne action (PEA) ou le plan épargne logement (PEL).

Épargne ou investissement : les différents types de placement financier

Commençons par le début : que signifie, exactement, « placer son argent » ? Pour beaucoup, le placement induit un investissement (en bourse, par exemple). Or, il s’agit là d’un raccourci car il s’agit en fait, seulement, de le placer en dépôt. Par conséquent, « placer son argent » peut signifier :

  1. L’épargner ;
  2. L’investir.

Dans le premier cas de figure – l’épargne –, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez ainsi opter pour un livret ou un compte d’épargne. Il s’agit là du placement le plus courant : c’est généralement celui que l’on fait sans même savoir qu’il s’agit d’un placement. Livret A, livret jeune, plan épargne logement (PEL) et compte épargne logement (CEL), entre autres, sont sans risques. Vous déposez l’argent de vos économies dessus et vous êtes certain que la somme épargnée ne diminuera pas. Un gros avantage donc ! En revanche, ce placement est limité. En effet, les taux d’intérêt étant peu élevés (1,25% pour le livret A ; 2,11% pour le PEL), votre pécule ne fructifiera pas beaucoup. D’autres subtilités également sont à prévoir avant de se constituer cette épargne. Tout d’abord, certains de ces placements (le livret A par exemple) sont plafonnés. Ils ne sont donc pas intéressants si vous souhaitez mettre de côté de grosses sommes. D’autres obligent l’épargnant à déposer une certaine somme régulièrement ; c’est le cas du PEL notamment. Par conséquent, si vous voulez ouvrir un compte d’épargne ou un livret, renseignez-vous auprès de votre banque et d’autres établissements (il est toujours intéressant de comparer les offres). Vous pourrez ainsi vous décider en toute connaissance de cause.

L’épargne ne rapporte pas assez pour vous ? Vous pouvez tout aussi bien investir. La bourse ou l’immobilier sont alors des solutions plus ou moins risquées. Le second permet de se constituer un patrimoine… avec tous les avantages et inconvénients que cela peut comporter, l’inconvénient majeur restant qu’il faut généralement emprunter auprès de sa banque pour financer un tel investissement. D’où l’importance d’avoir épargné au préalable. De plus, l’immobilier n’est pas sans risques. Néanmoins, ces derniers ne seront pas les mêmes suivant que vous investissez dans l’immobilier locatif, dans un viager, dans une société civile de placement immobilier (SCPI) ou encore dans un parking. Là, le choix se fera donc en fonction du risque que vous êtes prêt à encourir et de la somme dont vous disposez.

Autre type d’investissement : la bourse. Si vous investissez en bourse mais que vous préférez répartir les risques, vous pouvez opter pour les fonds communs de placement. Ces FCP sont des OPCVM, autrement dit des organismes de placement collectifs en valeurs mobilières. Les bénéfices sont généralement importants mais, les fonds étant peu diversifiés, il s’agit tout de même d’un placement à risque. Du moins cet investissement est-il plus risqué que les SICAV, qui sont d’autres OPCVM.

Enfin, d’autres placements sont toujours envisageables comme le plan épargne populaire ou PEP. À vous de choisir.